International
URL courte
Par
23553
S'abonner

Quel est l’impact de l’alimentation sur les guerres, conflits et crises d’aujourd’hui? Et quel rapport avec la crise sanitaire du Covid-19? Pierre Raffard, codirecteur du Food 2.0 Lab à Paris, décrypte les enjeux au micro de Rachel Marsden.

La nourriture est-elle une arme, une richesse qui se manipule et se contrôle comme toute autre ressource nécessaire à la survie de nos sociétés modernes, à l’instar du pétrole ou de l’eau?

Si tel est le cas, alors qui –c’est-à-dire quelles personnes ou quels pays– sont les plus exposés à sa manipulation? Ou sommes-nous tous à risque, sans exception? Pierre Raffard, codirecteur du Food 2.0 Lab à Paris, explique le rapport entre l’alimentation et la guerre:

«Cette stratégie gastro-militaire émaille toute l’histoire de l’humanité et on le voit encore aujourd’hui. Historiquement, on a le siège d’Alésia: César coupe l’approvisionnement alimentaire des Gaulois pour qu’ils se rendent. Actuellement, au Yémen, les observateurs sur place ont constaté que la stratégie militaire des deux camps prenait les lieux de ressources alimentaires pour cibles particulières.»

Les acteurs les plus enthousiastes à employer des armes conventionnelles sont-ils les mêmes que ceux qui pourraient contrôler notre alimentation? Il est difficile pour certains d’entre nous, dans des pays développés, d’imaginer vivre sans un accès rapide et facile à la nourriture tel que nous le connaissons. Quels sont les risques qui menacent notre alimentation? 

«L’un des principaux risques c’est l’ouverture absolument totale du marché agroalimentaire. Cette dépendance de plus en plus grande vis-à-vis d’acteurs économiques productifs extérieurs peut interroger sur la souveraineté alimentaire de chaque pays. La fameuse question de la sécurité alimentaire, que l’on croyait immuable depuis des décennies, est-elle finalement si pérenne? Je n’en suis pas sûr», explique l’expert.

Aujourd’hui, la viande est accusée de tous les maux et de nouvelles alternatives se développent. Quels intérêts sous-tendent ce discours? Pour Pierre Raffard, le fait que même les fonds d’investissement se lancent dans l’agroalimentaire prouve qu’il y a indéniablement des intérêts économiques, mais quelle est l’ambition?

«Changer la planète, conquérir de nouvelles parts de marché ? Si on va plus loin, on constate un changement de paradigme, on fait aujourd’hui la promotion d’une idéologie écolo-libertaire qui utilise la viande végétale pour mettre le pied dans la porte et essayer de modifier le système alimentaire mondial dans son ensemble.»

Lire aussi:

Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Une journaliste d’Al Jazeera en direct près d’une tour à Gaza au moment où deux bombes la ciblent – vidéo
Erdogan veut donner «une leçon forte et dissuasive» à Israël
Tags:
agroalimentaire, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook