International
URL courte
Par
3514726
S'abonner

Dans le cadre d’un contrat conclu en 1997, six derniers moteurs-fusées RD-180 russes ont été réceptionnés par les représentants de l'entreprise américaine ULA. Dans le passé, des analystes du Congrès US avaient reconnu l'impossibilité de rapidement remplacer ces engins compte tenu de leur «performance» et «fiabilité».

Le géant de la construction russe Energomach se prépare à livrer aux États-Unis un dernier lot de moteurs-fusées RD-180 dans le cadre d’un contrat de 1997, a rapporté ce 16 avril la holding spatiale russe Roscosmos.

Selon l’agence, six moteurs ont été réceptionnés par les représentants de l'entreprise américaine United Launch Alliance le 14 avril.

Au total, dans le cadre de ce contrat vieux de plus de 20 ans, la Russie a fourni plus de 120 moteurs RD-180 aux États-Unis.

«Miracle technologique»

Développé par la société russe NPO Energomash, le RD-180 est un moteur-fusée à ergols liquides qui propulse le premier étage de la fusée Atlas V utilisée par l'Armée de l'air américaine et la NASA. En septembre 2014, à l’aide de ce moteur, le satellite top secret CLIO a été lancé avec succès de la base de Cap Canaveral, aux États-Unis.

Tory Bruno, président d’United Launch Alliance (ULA), spécialisée dans la fabrication de lanceurs spatiaux, a qualifié le RD-180 de «miracle technologique». Tout en qualifiant sa conception de «brillante», le patron de SpaceX Elon Musk a même exprimé le regret que les compagnies «Boeing/Lockheed utilisent un moteur russe sur Atlas».

Pour s'affranchir de cette dépendance, le Pentagone a lancé en juin 2015 un appel d'offres pour la création d'un équivalent américain. United Launch Alliance et Blue Origin ont signé un contrat pour adapter au lanceur le moteur BE-4, lequel fonctionne au gaz naturel liquéfié et à l'oxygène liquide.

Cependant en 2020, les analystes du Congrès américain ont estimé que la création par les États-Unis de ses propre moteurs-fusées avec des caractéristiques similaires prendra au moins 10 ans, car «les indicateurs de performance et de fiabilité actuellement atteints avec le RD-180 ne peuvent être reproduits que beaucoup plus tard que 2030».

Un contrat de plus de 20 ans

En 1997, la Russie et les États-Unis ont conclu un accord portant sur la livraison de 101 moteurs pour un milliard de dollars. Dans le contexte de la crise ukrainienne, le Congrès des États-Unis a interdit l'usage militaire de ces moteurs à partir de 2019. Cependant, cette interdiction a été levée lorsque la partie américaine a constaté n'être pas en mesure de développer ses propres moteurs en l'espace de trois ans. Peu après, United Launch Alliаnce a commandé à Energomach 20 RD-180 supplémentaires.

Lire aussi:

Moscou réagit aux accusations concernant une cyberattaque contre un pipeline US
Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
En continu: tous les vols vers Tel-Aviv détournés en raison des tirs de roquettes depuis Gaza
Tags:
États-Unis, moteur, RD-180 (moteur à réaction), Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook