International
URL courte
Par
171674
S'abonner

Selon le ministère russe des Affaires étrangères, cette mesure représente une réponse symétrique aux «actions hostiles de la partie américaine contre nombre de diplomates de l'ambassade de Russie à Washington et du consulat général de Russie à New York qui ont été déclarés sans fondement personae non gratae».

Alors que les États-Unis ont expulsé la semaine dernière 10 diplomates russes, en imposant de nouvelles sanctions, le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué ce 21 avril l’ambassadeur adjoint américain pour protester. 

En conformité avec le principe de réciprocité, les 10 diplomates de l’ambassade des États-Unis ont été annoncés comme personae non gratae. Ils doivent quitter le pays avant le 21 mai.

Le ministère russe des Affaires étrangères a précisé que cette mesure représentait une réponse symétrique aux «actions hostiles de la partie américaine contre nombre de diplomates de l'ambassade de Russie à Washington et du consulat général de Russie à New York qui ont été déclarés sans fondement personae non gratae».

Selon le ministère, de nouvelles mesures de rétorsion seront également annoncées «dans un proche avenir».

Nouvelles sanctions

Le gouvernement de Joe Biden a annoncé le 15 avril une série de sanctions financières contre la Russie, en réponse à des cyberattaques et des ingérences dans l'élection présidentielle de 2020 attribuées par Washington à Moscou.

Selon un communiqué de la présidence américaine, la Maison-Blanche a imposé des sanctions à six entreprises technologiques russes «qui soutiennent le programme cybernétique des services de renseignement». En outre, 10 diplomates seront expulsés du pays.

Piratage de SolarWinds

La société américaine SolarsWinds a été la cible de pirates informatiques en décembre 2020. Ceux-ci sont parvenus à placer un logiciel malveillant nommé Sunburst dans certaines versions de la plateforme Orion, un outil de supervision des réseaux informatiques commercialisé par l’entreprise américaine. Selon Washington, l’attaque avait pour but d’obtenir des données de renseignement mais les hackers n’ont pas réussi à atteindre leur objectif.

Au total, 100 entreprises du secteur privé et neuf agences fédérales, dont les départements de la Justice, du Trésor, de la Sécurité intérieure et du Commerce, ont fait l’objet du piratage. Le 13 décembre, l’Agence américaine responsable de la cybersécurité et de la sécurité des infrastructures (CISA) a émis une ordonnance appelant les agences fédérales à désactiver le logiciel SolarWinds.

En l’absence de preuves à son encontre, Moscou a toujours balayé les soupçons sur son implication et a qualifié ces accusations d’«infondées». Qui plus est, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a estimé qu’elles avaient pour but d’empêcher une discussion avec Joe Biden concernant la cybersécurité.

Lire aussi:

Pass sanitaire: des sanctions «totalement disproportionnées» pour les récalcitrants?
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Tags:
expulsions, Moscou, Washington, sanctions, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook