International
URL courte
Par
13665
S'abonner

Alors que plusieurs milliers de vidéos pédopornographiques ou appelant à l’extrémisme sont toujours disponibles sur YouTube d’après Moscou, la plateforme censure de manière régulière des chaînes russes contenant, selon elle, des matériaux pour les adultes. Ce qui n’est pas le cas, affirme le régulateur russe des communications.

Seulement pour l’année 2020, YouTube a neuf fois restreint l’accès aux comptes de médias russes et trois fois à leurs vidéos. En 2021, trois comptes et cinq vidéos, dont ceux de Sputnik et Russia Today, ont été soumis à ces restrictions, précise le régulateur russe des communications, le Roskomnadzor.

«Les films diffusés sur les chaînes fédérales russes, lesquels ne contiennent pas de restrictions d’âge, ne peuvent être accessibles qu’aux téléspectateurs adultes, selon l’administration de YouTube. Plusieurs vidéos ne sont diffusées qu’après la procédure d’authentification ou suite à un consentement supplémentaire pour visionner du contenu pour les adultes», a indiqué le régulateur auprès d’un média russe.

D’après ce dernier, YouTube soumet au blocage des vidéos qui «transmettent une position différente de celle adoptée en Occident».

Parmi celles-ci, il cite les vidéos sur «la vérité concernant la contribution historique de la Russie dans la victoire sur le fascisme, sur les événements tragiques à Beslan».

«YouTube a expliqué le blocage d’une allocution du Président russe sur le compte officiel de la chaîne NTV par une erreur accidentelle», poursuit-il.

Et d’indiquer que la plateforme avait imposé des restrictions sur des vidéos contenant l’hymne russe en expliquant cette mesure par la violation des droits d’auteur, lesquels appartiendraient aux détenteurs de copyrights étrangers.

Plusieurs milliers de vidéos sensibles

YouTube n’a toujours pas supprimé près de 6.000 vidéos avec du contenu pédopornographique, pro-stupéfiant et pro-suicide, ainsi que des appels à l’extrémisme, sur les plus de 71.000 détectées par le régulateur russe depuis 2012 et quant à elle déjà retirées, précise par ailleurs le régulateur russe.

Quant aux vidéos russes, il a également fait état de 29 lettres envoyées depuis début 2020 à l’administration de YouTube afin de demander la levée des restrictions, dont sept sont des demandes répétées. La plupart n’ont pas eu de réponse.

Liberté d’expression «violée»

Au mois de mars, la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a commenté le blocage du compte officiel RT Arabic (5,5 millions d’abonnés). Une mesure qui a été introduite sans aucune explication et qui a finalement été levée.

Tout en estimant qu’il s’agissait d’un nouvel acte de censure, elle a souligné que «les géants numériques américains [avaient] violé la liberté d’expression».

Réaction de YouTube

Dans une interview au journal russe Kommersant, Marco Pancini, directeur de YouTube pour les relations avec les autorités en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient, a déclaré qu’il n’y avait «pas de parti pris ni de censure de la part de YouTube».

Tout en précisant que la plateforme respectait et appréciait le contenu culturel et historique, M.Pancini a expliqué qu’ils avaient «une responsabilité envers un jeune public».

Lire aussi:

Une partie des autotests distribués par l’Éducation nationale affiche des indications contraires
La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Une journaliste d’Al Jazeera en direct près d’une tour à Gaza au moment où deux bombes la ciblent – vidéo
Tags:
Occident, Moscou, Russie, YouTube, YouTube
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook