International
URL courte
Par
3110
S'abonner

L’extension officielle pour deux ans du mandat du Président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed, expiré en février, a provoqué de violents heurts dans la capitale Mogadiscio.

Des affrontements ont éclaté ce dimanche 25 avril à Mogadiscio entre partisans du Président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed, dit Farmaajo, et ceux qui s’opposent à l’extension de son mandat de quatre ans, relate Reuters.

Selon des témoins oculaires contactés par l’agence, des échanges de tirs se sont produits entre militaires pro-opposition et forces gouvernementales.

Pour sa part, l’ex-Président somalien Hassan Sheikh Mohamoud a affirmé sur Twitter que des soldats avaient attaqué sa résidence, accusant le chef d’État actuel d’en être responsable.

Plusieurs quartiers seraient contrôlés par l’opposition

Le portail Somali Guardian rapporte pour sa part que les militaires soutenant l’opposition ont pris le contrôle de plusieurs quartiers situés dans le nord de Mogadiscio.

Selon ses informations, les commandants rebelles sont prêts à poursuivre leur avancée dans la capitale jusqu’à ce que le Président actuel quitte son poste.

Grave crise politique en cours

La Somalie traverse une crise politique profonde depuis le deuxième semestre 2020 à cause de son incapacité à organiser des élections fin 2020-début 2021. Une coalition de candidats de l’opposition réclame la démission du Président Mohamed Abdullahi Mohamed, dont le mandat a expiré en février.

Le 12 avril, le parlement somalien a approuvé l’extension pour deux ans du mandat du Président en poste, prévoyant ainsi une élection au scrutin universel direct en 2023. L’Union africaine a condamné cette décision sapant selon elle «l’unité et la stabilité du pays».

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Tribune de militaires: le chef d'état-major invite les signataires à quitter l'armée
Tags:
Union africaine (UA), opposition, émeutes, Somalie, Mohamed Abdullahi Mohamed Farmajo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook