International
URL courte
Par
5836
S'abonner

Riyad a interdit les importations de produits agricoles libanais. Ce après la découverte de quantités de drogue massives dans des fruits et légumes venus du pays du Cèdre. Le premier jet d’une stratégie saoudienne qui viserait à ostraciser le Hezbollah dans le jeu politique libanais, explique François Costantini, spécialiste du Liban.

«La contrebande de toutes sortes, de la drogue à l'essence, nuit au Liban et lui coûte cher. Ce qui s'est passé récemment en matière de contrebande vers le royaume saoudien le confirme», a affirmé le Président libanais, Michel Aoun, à l'ouverture d'une réunion au palais présidentiel de Baabda ce 26 avril. Une réaction à la décision prise par Riyad le 23 avril d'interdire les importations de fruits et légumes libanais.  

L’annonce est intervenue après la découverte par les douanes saoudiennes d'une cargaison massive de Captagon dissimulée dans des grenades (fruits) en provenance du Liban. Une réaction approuvée par les voisins du Golfe. L’ambassadeur de l’Arabie saoudite à Beyrouth, Walid al-Bukhari, a laissé entendre que la sécurité de son pays était une «ligne rouge avec laquelle on ne peut pas jouer». Or, d’après lui, au cours des six dernières années, il y a eu des tentatives de contrebande de plus de 600 millions de pilules et de haschich à partir du Liban.  

«C’est un premier avertissement politico-économique»

L'Arabie saoudite est claire: l'interdiction des importations de produits libanais ne sera pas levée tant que Beyrouth n'aura pas prouvé qu'elle s'efforce de mettre un terme au trafic. La mesure porte un rude coup au secteur agro-alimentaire libanais.  L'Union des agriculteurs du Liban a prié le royaume d'abroger sa décision. La faute d'une personne ou d'une bande criminelle ne justifie pas de punir tout un peuple, a-t-elle insinué.

Ces dernières années, l’exportation de drogue depuis la région est devenu un énorme problème. Non seulement sur le plan local, mais aussi au niveau européen! Depuis 2014 notamment, le trafic en provenance de la Syrie et du Liban a une ampleur sans précédent. Le 9 avril, près de 25 tonnes de drogue, destinées à un pays africain, ont ainsi été saisies dans un convoi de huit camions. Cette saisie est la plus la plus grosse de l’histoire des forces de sécurité libanaises.

La fermeture du marché saoudien aux fruits et légumes libanais dépasserait pourtant le simple cadre de la lutte contre le trafic de drogue. C’est notamment l’avis de François Costantini, auteur du Liban: Histoire et destin d’une exception (éd. Perspectives libres, 2017):

«C’est un premier avertissement politico-économique», explique-t-il au micro de Sputnik. «Les fruits et légumes, c’est l’avant-goût des prêts internationaux. L’Arabie saoudite a toujours été présente au Liban, elle envoie un message à un certain nombre de personnes et de groupes, en particulier au Hezbollah et au clan Aoun.»

Quel message? «Riyad envoie un signe manifestant qu’elle peut agir sur le Liban, notamment au plan économique. Les fruits et légumes, c’est la partie émergée de l’iceberg, et l’iceberg ce sont les dépôts financiers, les aides, les prêts, etc.» 

Riyad contre Hezbollah

L’Arabie saoudite aurait en effet un important levier de pression par le biais des nombreux investissements qu’elle réalise au pays du Cèdre. Une arme de dissuasion ultra-efficace en temps de crise. À titre d’exemple, pendant la guerre de 2006 entre Israël et le Liban, Riyad et le Koweït déposaient ensemble 1,5 milliard de dollars à la Banque centrale de Beyrouth pour soutenir la livre libanaise. De 2003 à 2015, trois pays du Golfe, dont l’Arabie saoudite, représentaient 76 % des projets d'investissement étrangers au Liban. 

Pour l’heure, la stratégie saoudienne d’embargo sur le secteur agricole libanais pourrait porter un coup sévère à une économie en plein marasme.  Riyad, qui soutiendrait le Premier ministre sunnite libanais Harriri, entendrait donc par ces sanctions mettre un peu plus hors-jeu son ennemi chiite du Hezbollah?

Même si c’est l’objectif,  la stratégie actuelle du royaume serait inefficace. Selon François Costantini, pour faire bouger les lignes politico-économiques au Liban, «il en faudrait beaucoup plus».    

Le Premier ministre sortant, Hassan Diab, juge sévèrement l’embargo: «L’Arabie saoudite et tous les pays du Golfe savent bien que l’arrêt des importations des produits agricoles libanais n’empêche pas la contrebande de drogue, qui utilise des moyens différents.»   

Plus tôt ce mois-ci, Hassan Diab avait essuyé un refus lors de sa précédente demande d’aide aux pays du Golfe, au motif que le Hezbollah occupait une place trop importante sur l’échiquier politique libanais. En tapant cette fois directement au portefeuille des Libanais, les puissances du Golfe franchiraient donc un nouveau palier dans la pression sur le système politique libanais. Le pays peinant à former un gouvernement depuis plusieurs mois.     

En 2020, le Liban a exporté pour 29,3 millions de dollars de fruits et légumes vers l’Arabie saoudite en 2020. L’économie libanaise n’avait certainement pas besoin de la décision saoudienne.

Pour l’heure, Le chef de l'Etat Aoun a appelé «les services de sécurité à renforcer la lutte contre les opérations de contrebande et ceux qui sont derrière cette pratique», assurant que le Liban «tient à ne mettre en danger la sécurité d'aucun pays, en particulier aucun État arabe.» Une façon de rassurer les travailleurs du secteur agricole libanais qui ont poussé le Président libanais a convoquer cette réunion après qu’ils aient déposé une plainte.

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Tags:
Captagon, Michel Aoun, Hezbollah, Riyad, Arabie Saoudite, Liban
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook