International
URL courte
Par
Construction du gazoduc Nord Stream 2 (152)
3715145
S'abonner

La nouvelle résolution du Parlement européen appelant les pays de l’UE à mettre fin à la construction de Nord Stream 2 est une preuve de manque de pragmatisme de la part de l’institution européenne, affirme à Sputnik le politologue allemand Alexander Rahr.

Commentant la nouvelle résolution sur la Russie du Parlement européen qui insiste sur la mise à l’arrêt de la construction du gazoduc Nord Stream 2, le politologue allemand Alexander Rahr, interrogé par Sputnik, évoque «le théâtre de l'absurde». D’après lui, une telle mesure, à l’ère des difficultés économiques liées à la pandémie, est «déconnectée» de la réalité.

«Le Parlement européen a simplement signé son manque de pragmatisme et sa déconnexion de la réalité. C’est un véritable théâtre de l'absurde», affirme-t-il.

«L'Europe se retrouve actuellement face à la tâche colossale de sauver son économie des conséquences de la pandémie», explique-t-il en soulignant que le continent européen «n'a jusqu’ici pas été confronté à de tels défis, du moins pas depuis la fin de la dernière Guerre mondiale».

Selon M.Rahr, la lutte contre les effets économiques de la pandémie «nécessite une coopération avec la Russie, avec la Chine, et non une confrontation et un démantèlement de la mondialisation».

La résolution des députés européens

Le Parlement européen a adopté ce 29 avril une résolution demandant «instamment que l’Union réduise sa dépendance à l’égard de l’énergie russe» et invitant dès lors instamment les institutions de l’Union et tous les États membres à stopper la réalisation du gazoduc Nord Stream 2». Le document, dont l’applicabilité reste limitée, exige également l’arrêt de la construction de centrales nucléaires «controversées» par la société russe Rosatom et agite d’autres sanctions, comme, par exemple, la déconnexion de la Russie du système bancaire international SWIFT, en cas d’«invasion de l’Ukraine» par Moscou.

Selon M.Rahr, le Parlement européen «a des grandes dents mais ne mord pas». L’institution peut «déclarer beaucoup, envoyer des signaux, des recommandations aux gouvernements des pays européens, mais elle ne peut pas décider de la politique de l'Union européenne, ce n'est pas un organe exécutif». En effet, les résolutions du Parlement européen ont valeur de recommandation.

S’agissant des relations d’affaire avec les pays tiers, même la Commission européenne qui pourtant représente le pouvoir exécutif dans l’UE, ne peut pas les suspendre, affirme le politologue.

Nord Stream 2 au cœur de la polémique

Le gazoduc, censé relier le littoral russe à l’Allemagne par le fond de la mer Baltique, n’est pas du goût de tout le monde, le projet étant sévèrement critiqué par les États-Unis, l’Ukraine et plusieurs pays européens. Au sujet du gazoduc russe, l’UE n’arrive pas à parler d’une seule voix, la ligne de fracture étant visible même dans le couple franco-allemand. Ainsi, début avril, Clément Beaune, secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, interviewé par BFM TV, a déclaré que la France n’était pas sur la même longueur d’onde que Berlin à ce sujet.

Alors que certains pays de l’UE se prononcent pour la mise à l’arrêt de ce projet, la position de Berlin reste intransigeante depuis le début: Nord Stream 2 est un projet économique et pas géopolitique. Déterminée à sortir d’abord du nucléaire, puis du charbon, l’Allemagne opte pour le gaz. Qui plus est, faire cesser le projet dans lequel des millions d’euros ont déjà été investis ne semble pas raisonnable.

«Le Nord Stream 2 existe, le projet continue de se développer […]. L’Allemagne reste le leader de l’UE en ce qui concerne la coopération avec la Russie, entretient des liens, des relations commerciales, aujourd’hui beaucoup de choses reposent sur cela», explique M.Rahr.

La construction compliquée

Aujourd’hui, la pose de ce gazoduc de 1.200 kilomètres, qui a débuté en 2018, touche à sa fin. La Maison-Blanche a imposé des sanctions contre le projet en décembre 2019, suite à quoi l’entreprise suisse Allseas, responsable de la pose de deux conduites du gazoduc, a été contrainte d'arrêter la construction. Celle-ci n’a repris qu’un an plus tard, en décembre 2020. Si les États-Unis sont tant intéressés par la suspension du Nord Stream 2, c’est parce que Washington essaie de promouvoir en Europe son propre produit, le gaz liquéfié. Sauf que, contrairement au gaz russe, l’américain est plus cher, et donc moins attractif économiquement pour les Européens.

Selon les données de l'exploitant du projet Nord Stream 2 AG, au 31 mars, le gazoduc a été construit à 95%. Il restait à poser 121 kilomètres de la longueur totale du gazoduc le long de deux lignes: environ 93 kilomètres dans les eaux danoises et près de 28 kilomètres dans la ZEE allemande. Le vice-Premier ministre russe Alexandre Novak a déclaré le 25 avril que la Russie était convaincue que le gazoduc Nord Stream 2 serait achevé et que les travaux se poursuivaient.

Dossier:
Construction du gazoduc Nord Stream 2 (152)

Lire aussi:

Interdit d’entrée en France, un ex-dealer tunisien interpellé dans un TGV venant d’Italie
Moscou réagit aux accusations concernant une cyberattaque contre un pipeline US
Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
Tags:
Parlement européen, sanctions, Nord Stream 2
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook