International
URL courte
Par
6410
S'abonner

Au moins trois roquettes sont tombées sur la base aérienne irakienne de Balad, qui abrite des employés américains de société militaire privée, selon Reuters. Tout en confirmant qu'il y a eu des tirs, le Pentagone affirme qu'il n'y avait pas de soldats américains au moment de l'attaque.

La base aérienne de Balad, située au nord de Bagdad, a été ce lundi 3 mai la cible de tirs de roquettes, relate l'agence Reuters.

Au moins trois roquettes ont atteint la base qui abrite des employés américains de société militaire privée, d'après Reuters.

Aucun groupe armé local n'a encore revendiqué cette attaque, la deuxième en 24 heures. Le 2 mai, deux roquettes ont visé une base aérienne près de l'aéroport de Bagdad abritant des troupes de la coalition dirigée par les États-Unis.

Aucun blessé parmi les étrangers

La coalition dirigée par les États-Unis a confirmé à Sputnik les informations sur les tirs de roquettes, précisant qu'ils n'avaient pas fait de dégâts ni de victimes parmi les soldats de la coalition.

«La base aérienne de Balad a été la cible d’une attaque de roquettes ce soir, vers 19h00 heure locale. La base de Balad est une base irakienne, elle n’abrite pas de soldats américains ou de la coalition», a indiqué un représentant de la coalition.

Une porte-parole du Pentagone, Jessica McNulty, a de son côté précisé qu'il n'y avait pas de victimes parmi les Américains, tant militaires que civils.

«Selon les informations préliminaires, il n'y a pas d'Américains blessés et aucun dommage», a indiqué Mme McNulty.

Des tirs de roquettes fréquents dans la région 

Le 18 avril, l'agence Reuters avait annoncé que la base de Balad avait été visée par cinq roquettes de type Katioucha. Le porte-parole de l’opération Inherent Resolve, Wayne Marotto, avait plus tard affirmé qu'il n'y avait pas de soldats américains sur la base à ce moment-là.

Cette région est la cible d'attaques similaires fréquentes, non revendiquées, qui ont eu lieu pendant la présidence de Donald Trump et après l'arrivée au pouvoir de Joe Biden. Les attaques ne font pas de dégâts ou de victimes. Washington en rejette généralement la responsabilité sur les groupes armés irakiens pro-Iran.

L'aéroport d'Erbil, situé dans la région semi-autonome du Kurdistan irakien, où sont stationnés des soldats américains, ou encore un camp militaire turc voisin, sont aussi parfois les cibles de tirs.

Lire aussi:

Une femme en état de démence blesse un policier au couteau avant d'être abattue
Rixe entre deux bandes rivales en pleine rue en Seine-Saint-Denis – vidéo
Israël organise les plus grandes manœuvres de son histoire: vers un nouveau conflit au Moyen-Orient ?
La vaccination par le Spoutnik V à Saint-Marin fait de ce pays le premier en Europe à vaincre le Covid
Tags:
Pentagone, base aérienne, États-Unis, roquettes, Balad, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook