International
URL courte
Par
3101
S'abonner

L’enregistrement de l’ensemble des candidatures à la Présidentielle iranienne désormais clos, deux conservateurs font figure de favoris pour le scrutin de juin. Une élection cruciale pour un Iran aujourd’hui en grave crise économique et sociale. Retour sur la campagne électorale iranienne avec Thierry Coville, spécialiste de l’Iran à l’IRIS.

Toutes les demandes de candidatures à la Présidentielle iranienne de juin 2021 sont désormais enregistrées. Près de 600 personnes se sont ainsi présentées pour tenter de succéder au Président Rohani, qui arrive au bout des deux mandats consécutifs autorisés par la Constitution iranienne. Le Conseil des Gardiens de la Constitution, organe non élu chargé du contrôle de la Présidentielle, a désormais jusqu’au 27 mai pour faire le tri et valider les candidatures qu’il juge recevables.

Parmi celles-ci, deux hommes font figure de favoris, selon la presse internationale: le conservateur Ali Larijani et l’ultraconservateur Ebrahim Raïssi. Un pronostic partagé au micro de Sputnik par Thierry Coville, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et spécialiste de l’Iran.

Deux nuances de conservatisme

L’ancien chef d’État Mahmoud Ahmadinejad, toujours populaire auprès d’une partie de la population, briguera à nouveau le mandat présidentiel. Sa candidature n’avait été acceptée ni par l’ayatollah Khamenei ni par le Conseil des Gardiens de la Constitution en 2017. Après des années de travail pour changer son image de radical politique, Ahmadinejad pourrait cette fois profiter de la neutralité du Guide suprême, mais le dernier mot revient toujours au Conseil. Thierry Coville, quant à lui, reste sceptique sur les chances de l’ex-Président iranien. Il s’agirait donc vraisemblablement d’une course à deux chevaux.

«Il faut rester prudent, car une élection reste une élection, et il peut toujours y avoir des surprises, mais en l’occurrence, en mettant en avant Ali Larijani et Ebrahim Raïssi, on voit bien que le Conseil des gardiens et le Guide essayent de créer une certaine forme de concurrence maîtrisée entre deux versions du conservatisme», explique le directeur de recherche de l’IRIS.  

Les deux présidentiables sont effectivement, à des niveaux différents, des proches du pouvoir. Ali Larijani, Président du Parlement de 2008 à 2020, est aujourd’hui conseiller du guide. Il est favorable à la conclusion d’un accord avec les États-Unis sur le programme nucléaire de son pays. En Iran comme ailleurs, celui-ci est considéré comme conservateur au sein du spectre politique iranien. Il est cependant perçu comme relativement modéré en comparaison de son principal adversaire dans cette course présidentielle, Ebrahim Raïssi.

«Larijani représente une tendance plus modérée au sein du courant conservateur. Politiquement, il a par exemple soutenu dans certains cas les politiques de Rohani lorsqu’il était Président du Parlement. C’est quelqu’un qui a l’habitude des négociations internationales. Au début des années 2000, c’est lui qui a géré les premières négociations liées à la question du nucléaire iranien», rappelle notre interlocuteur.

«Les Européens et les Occidentaux le connaissent et ont déjà négocié avec lui. De ce point de vue là, il est tout de même différent de Raïssi», ajoute-t-il.

Concernant Ebrahim Raïssi, la donne est effectivement différente. «C’est un ultraconservateur», affirme Thierry Coville. Candidat malheureux à la Présidentielle de 2017 avec 38% des voix au premier tour, Ebrahim Raïssi est depuis mars 2019 chef du système judiciaire iranien et vice-président de l’Assemblée des experts, organe composé de 88 membres religieux élus, chargé de nommer, superviser et éventuellement démettre le Guide suprême. Considéré comme un «dur» politiquement, il est proche du Guide et est soumis depuis 2019 à des sanctions directes du département du Trésor des États-Unis.

L’inconnue du taux de participation

Le choix de mettre en avant deux nuances de conservatisme pourrait toutefois s’avérer risqué pour les autorités iraniennes. Au-delà du choix présenté aux Iraniens, l’autre gageure de cette élection demeure le taux de participation.

«C’est un enjeu crucial, car c’est l’argument qui est historiquement mis en avant par Téhéran pour justifier l’aspect démocratique de son système politique. Ils disent: “regardez, nous avons des élections auxquelles participe la population”», souligne Thierry Coville.

La participation des Iraniens pourrait connaître un net déclin en 2021. Principal indice de cette possible désaffection, le taux de participation aux Législatives iraniennes de 2020: celles-ci ont connu leur taux de participation le plus bas depuis 1979, avec 42,57%, selon le ministère de l’Intérieur iranien. Avant la tenue du scrutin, ce dernier avait indiqué qu’à chacune des dix Législatives tenues depuis 1979, la participation avait toujours dépassé 50%.

Les deux dernières élections présidentielles ont vu le taux de participation avoisiner les 72%, toujours selon les chiffres officiels. La donne pourrait cependant changer, malgré les appels répétés ces derniers mois du Guide suprême Ali Khamenei à une participation massive.

«Il y a toujours cette idée d’un nationalisme fort et présent en Iran. On ne sait jamais, les choses peuvent bouger vite lors d’une élection, mais si j’avais un pronostic à faire, c’est que le taux de participation ne sera pas extraordinaire», affirme le directeur de recherche à l’IRIS.

Selon lui, une forme de dégagisme assez importante fait florès au sein de la population et en particulier «au sein de la classe moyenne éduquée

Priorité à l’économique et au social

Pour cet électorat, crucial dans les élections iraniennes, les conservateurs, mais aussi les modérés, font désormais partie de la même classe politique qu’ils rejettent. «Il y a une déception de leur part après les huit années de Rohani», observe Thierry Coville.

Sur fond de crise économique et sociale majeure, due en grande partie aux sanctions américaines qui paralysent l’économie du pays, les deux principaux candidats misent sur deux thèmes majeurs pour tenter de ramener les Iraniens aux urnes. L’inflation est aujourd’hui évaluée à 34% et le chômage avoisine officiellement les 20%. Aussi, pour l’électorat, «la principale question, c’est l’économie», a déclaré Ali Larijani ce samedi 15 mai.

De son côté, Ebrahim Raïssi entend surtout s’attaquer à la question sociale. Dans un communiqué officiel, celui-ci a indiqué que la «lutte incessante contre la pauvreté et la corruption, les humiliations et les discriminations», constituerait cœur de son action s’il était élu.

Lire aussi:

Les Bleus ont renoncé au dernier moment à mettre un genou à terre au début du match France-Allemagne et voici pourquoi
Les temps forts du sommet Poutine-Biden à Genève
Castex annonce la levée du couvre-feu et la fin du port du masque en extérieur
«Il est inacceptable de payer ce prix chaque jour»: une monnaie locale proposée sur la Côte d'Azur
Tags:
Ali Larijani, Mahmoud Ahmadinejad, Hassan Rohani, IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques), ayatollah Ali Khamenei, élection présidentielle, élections, parlement iranien, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook