International
URL courte
Par
12713
S'abonner

L’administration des États-Unis renonce à certaines sanctions imposées contre la société Nord Stream 2 AG et son directeur exécutif, dans l’intérêt des États-Unis, a annoncé mercredi 19 mai le secrétaire d’État Antony Blinken.

Le département d’État a publié mercredi 19 mai une déclaration du secrétaire d’État indiquant qu’un rapport avait été envoyé au Congrès d’après lequel quatre navires, cinq personnes morales et une personne physique impliqués dans la construction du gazoduc Nord Stream 2 étaient passibles de sanctions, sauf dérogation.

Des sanctions auxquelles l’administration a immédiatement renoncé.

«J’ai déterminé qu’il était dans l’intérêt national des États-Unis de renoncer à l’application de sanctions à l’encontre de Nord Stream 2 AG, de son PDG Matthias Warnig et des dirigeants mandataires sociaux de Nord Stream 2 AG», expose Antony Blinken.

Une opposition inébranlable

Il a cependant indiqué que les États-Unis continueront à s’opposer à l’achèvement du projet, estimant qu’il affaiblit la sécurité énergétique européenne.

«Notre opposition au gazoduc Nord Stream 2 est inébranlable.»

Le secrétaire d’État a ajouté que malgré certaines divergences, la position des États-Unis était conforme à leur «engagement de renforcer nos relations transatlantiques».

La déclaration d’Antony Blinken a été diffusée pendant sa rencontre à Reykjavik avec son homologue russe Sergueï Lavrov.

Ne pas nuire aux relations avec l’Allemagne

Des sources proches du dossier ont fait savoir au site d’information Axios que la Maison-Blanche n’était pas disposée à rompre ses relations avec l’Allemagne à cause du Nord-Stream 2, jugeant que le seul moyen d’arrêter le projet consistait à sanctionner les utilisateurs finaux allemands du gaz.

Lundi 17 mai, l’Agence allemande de la navigation maritime et de l’hydrographie (BSH) a autorisé la reprise de la pose de tubes du gazoduc dans la zone économique exclusive allemande.

Selon l’opérateur du projet, Nord Stream 2 AG, au 31 mars, il était achevé à 95%.

Lire aussi:

Genou à terre des joueurs de l’équipe de France: «Un signe de soumission idéologique»
Les États-Unis vont-ils utiliser la mer Noire comme prochaine zone de conflit contre la Russie?
Une sénatrice française appelle directement à l'ingérence en Algérie
Un journaliste US essaie d’interrompre Vladimir Poutine, le Président russe réplique
Tags:
sanctions, Nord Stream 2, Antony Blinken
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook