International
URL courte
Par
202105
S'abonner

Suite à la décision de YouTube de bloquer une interview de Sputnik France consacrée aux mesures sanitaires en France, le Service russe de supervision des télécommunications a exigé la levée par Google de ces restrictions.

Le Service russe de supervision des télécommunications Roskomnadzor a exigé ce samedi 22 mai la levée par Google des restrictions imposées à une vidéo de Sputnik France sur YouTube.

«Le service Roskomnadzor a envoyé un courrier à la direction de Google LLC, demandant que toutes les restrictions imposées à l'interview vidéo accordée par le spécialiste français des neurosciences Idriss Aberkane à un correspondant de Sputnik France soient levées dès que possible», a indiqué le service dans un communiqué.

Selon Roskomnadzor, de telles actions de la part de l'administration de YouTube violent les principes clés de la libre diffusion des informations et constituent un acte de censure à l’encontre des médias russes. Le service demande également que lui soient fournies les raisons pour lesquelles les restrictions ont été imposées.

Selon la loi russe, les propriétaires de sites Internet qui ignorent les avertissements sur les violations des droits des Russes en ligne, y compris sur la censure des médias russes, risquent d'être condamnés à une amende, a rappelé le service. Le montant de celle-ci peut atteindre un million de roubles (environ 11.000 euros), et aller jusqu'à trois millions de roubles (33.000 euros) en cas de nouvelles violations.

Une interview de Sputnik France bloquée sur YouTube

Le 21 mai, YouTube a bloqué l'interview dans laquelle Idriss Aberkane qualifie le troisième confinement en France de «dictature sanitaire».

Ces derniers mois, les plateformes étrangères ont plusieurs fois bloqué les comptes de médias russes. Facebook a notamment bloqué le compte de l'agence Baltnews sans aucune raison. En octobre 2020, Twitter a estampé le matériel de la chaîne de télévision RT sur les élections américaines comme potentiellement trompeur, après avoir supprimé le compte de l'agence de presse RIA Novosti des résultats de recherche. Auparavant, Twitter avait déjà bloqué les profils de RT et Sputnik.

Le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié d'obscurantistes les efforts visant à empêcher le fonctionnement des médias russes dans les pays de l'UE.

Lire aussi:

L'armée russe ouvre le feu pour stopper un destroyer britannique qui a violé sa frontière en mer Noire
Dupond-Moretti «n’a pas jugé utile de signaler» que les bulletins de la gauche étaient absents de son bureau de vote
Ex-ambassadeur de France à Moscou: «Joe Biden a très clairement compris le message du Président russe»
Tags:
restrictions, censure, Roskomnadzor, Russie, Google, YouTube
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook