International
URL courte
Par
16442
S'abonner

Pour Moscou, la récente décision de la présidence américaine de renoncer à certaines sanctions à l’encontre de l’opérateur du gazoduc Nord Stream 2, dont la pose a récemment repris dans la ZEE allemande, est un «signal positif».

Commentant la récente décision de la Maison-Blanche de renoncer à imposer des sanctions à l’encontre de la société Nord Stream 2 AG, opérateur du gazoduc éponyme, le porte-parole du Kremlin affirme qu’il s’agit d’«un signal positif» univoque de la part de Washington.

«De manière univoque, cela peut et doit être considéré comme un signal positif, et c'est ainsi que nous le percevons», a déclaré Dimitri Peskov à la chaîne de télévision russe Rossiya 1, le 23 mai.

Dans un communiqué paru le 19 mai, le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a annoncé que son pays avait renoncé aux sanctions visant la société Nord Stream AG ainsi que son PDG et d’autres dirigeants de l’entreprise, expliquant qu’un tel geste était «dans l’intérêt national des États-Unis».

Un geste pour renforcer l’Alliance transatlantique

Selon certains experts, si Joe Biden a pris une telle décision, c’est pour ne pas compliquer les relations avec Berlin, l’un des principaux alliés des États-Unis sur le continent européen. Pour l’Allemagne, dont la position concernant la construction du gazoduc la reliant à la Russie via la mer Baltique n’a pas changé depuis le début, Nord Stream 2 est un projet économique qui doit être finalisé.

Ainsi, le chef de la diplomatie américaine affirme qu’une telle décision de la présidence Biden démontre son engagement de «reconstruire les relations avec les alliés et partenaires européens».

«Bien que nous ne soyons pas toujours d’accord, nos alliances restent solides et notre position est conforme à notre engagement de renforcer nos relations transatlantiques dans un souci de sécurité nationale», précise Blinken dans ce même communiqué.

Tandis que les sanctions contre l’opérateur du gazoduc n’ont pas été introduites, d’autres acteurs ont quand même été pénalisés par les États-Unis. Ainsi, dans le même document, Washington a fait part de son «opposition inébranlable» au gazoduc en annonçant de nouvelles mesures restrictives à l’encontre de plusieurs entités et navires russes engagés dans le projet Nord Stream 2.

Un «cadeau» pour Poutine en vue du futur sommet

Ce pas de l’administration Démocrate en direction de la Russie n’a pas été du goût de tout le monde, y compris au sein même des États-Unis. Il a notamment suscité un déferlement de critiques de la part de nombreux Républicains. Ainsi, selon Jim Risch, de la commission des Affaires étrangères du Sénat américain, cité par Reuters, en renonçant aux sanctions contre Nord Stream AG, Joe Biden offre à Vladimir Poutine un «cadeau» qui «ne fera qu’affaiblir» la position de négociation des États-Unis en vue du prochain sommet Poutine-Biden.

Pour rappel, lors d’une conversation téléphonique en avril, le Président américain avait proposé à son homologue russe d’organiser prochainement un sommet.

Interrogé au sujet de l’une rencontre des deux dirigeants, M.Peskov a affirmé ce dimanche à la chaîne de télévision Rossiya 1 que ce sujet était «en cours de discussion». Selon lui, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a présenté à Vladimir Poutine un compte-rendu détaillé sur les résultats de ses négociations avec M.Blinken.

«Le Président prendra une décision. Et dès qu'il le fera, nous en informerons le public», a fait savoir M.Peskov en soulignant que le fait même d’une rencontre entre les chefs d’État était «assez important» afin de sortir les relations russo-américaines du «triste état dans lequel elles se trouvent actuellement».

Reprise de la pose dans les eaux allemandes

Suspendue début mai suite à une plainte d’une organisation écologiste, la pose de conduites du Nord Stream 2 par le navire russe Fortuna, déjà complétée à 95%, a repris, rapporte ce 23 mai l’agence de presse allemande DPA.

«Сonformément aux autorisations et aux déclarations des autorités, Fortuna opère actuellement dans les eaux allemandes», a déclaré à l’agence de presse un porte-parole de Nord Stream 2 AG.

Plus tôt, dans un communiqué publié le 17 mai, l'Agence fédérale maritime et hydrographique (BSH) a permis la reprise de travaux dans la zone économique exclusive allemande, stipulant que la construction du gazoduc «n'aura[it] pas d'effets indésirables importants» pour la nature.

Lire aussi:

Une personne vaccinée peut-elle être considérée comme cas contact?
Découverte d’un charnier au Canada: qui étaient ces enfants victimes de la mission civilisatrice imposée par l’Occident?
Président «jupitérien»: «Macron s’est trompé d’époque, il en subit les conséquences» - vidéo
D’un seul geste Cristiano Ronaldo fait perdre quatre milliards de dollars à Coca-Cola
Tags:
sanctions, Nord Stream 2
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook