International
URL courte
Par
Déroutement d'un avion de Ryanair en Biélorussie (24)
8831024
S'abonner

Alors que les réactions en Occident s’enchaînent en raison de la situation entourant le vol dérouté de Ryanair -la présidente de la Commission européenne a ainsi promis une réponse très forte de la part de l’UE-, Moscou met en garde contre la politique jugée comme étant de «deux poids, deux mesures» et rappelle l’existence d’événements similaires.

C’est avec la tête froide que l’Occident devrait évaluer la situation autour de l’avion de Ryanair, estime le ministère russe des Affaires étrangères.

«Nous exhortons nos partenaires occidentaux à s’abstenir de recourir au "deux poids deux mesures" et à évaluer la situation d’une manière lucide et sans émotion en se basant sur les informations disponibles et en coordination avec les autorités aériennes biélorusses qui font preuve d’ouverture», déclare le communiqué.

Et de rappeler que, face à des événements similaires ayant précédemment eu lieu dans d’autres pays, les pays étrangers et les organisations internationales telles l’UE, l’Otan et l’OSCE, avaient réagi différemment. Moscou mentionne notamment l’année 2012, lorsqu’un vol Moscou-Damas a été forcé à atterrir en Turquie -Ankara avait alors dépêché des chasseurs. En outre, est-il rappelé, des avions biélorusses ont également fait l’objet d’atterrissages forcés -c’est le cas de l’appareil de Belavia qui après avoir décollé de Kiev a été contraint de retourner à son aéroport de départ alors qu’il se trouvait déjà à 50 km de l’espace aérien biélorusse et ce car un militant anti-Maïdan se trouvait à son bord.

«Toutes les actions mentionnées ont été commises sciemment en violation des normes du droit international. La réaction de l’Occident a été pratiquement inexistante, aucun coupable n’en a répondu», a rappelé le ministère russe.

Tollé autour de Ryanair

Un vol de Ryanair, reliant Athènes à Vilnius, en Lituanie, a effectué un atterrissage d’urgence suite à une alerte à la bombe, qui s’avérera fausse. Les défenseurs des droits de l’homme ont annoncé que Roman Protassevitch, ancien rédacteur en chef de la chaîne Telegram Nexta, considérée comme extrémiste en Biélorussie, se trouvait à son bord. Lors du contrôle à l’aéroport de Minsk, ce dernier a été interpellé. Une action pénale a été initiée à son encontre, entre autres pour «organisation de troubles de masse» et il risque jusqu’à 15 ans de prison.

Ce n’est pas la première fois qu’un avion est forcé à se poser. Parmi les cas les plus retentissants, il convient de mentionner l’atterrissage en 2013 à Vienne de l’appareil d’Evo Morales, alors Président bolivien. Les autorités autrichiennes ont perquisitionné l’appareil en dépit de l’immunité présidentielle. La cause? La suspicion de la présence à bord de l’ex-agent de la CIA Edward Snowden.

Dossier:
Déroutement d'un avion de Ryanair en Biélorussie (24)

Lire aussi:

«Ils profitaient des USA»: Trump se lâche contre Macron et les dirigeants européens
Francis Lalanne choque en liant le malaise cardiaque d’Eriksen au vaccin anti-Covid
Le geste désespéré d’un Algérien en situation irrégulière qui voulait quitter la France
Le général Lecointre quitte son poste au commandement des armées
Tags:
Ryanair, Biélorussie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook