International
URL courte
Par
361566
S'abonner

Alors que Bachar el-Assad a remporté l’élection présidentielle le 26 mai, le Qatar ne souhaite toujours pas normaliser ses relations avec Damas. La Syrie peut tout de même compter sur le soutien de quelques pays arabes, mais le véritable appui proviendrait de ses alliés traditionnels iraniens et russes, à en croire un cadre du parti Baas.

«La Syrie a gagné la guerre. Bachar el-Assad est toujours au pouvoir et certains pays continuent de tout faire pour nous nuire», commente un cadre du parti Baas, principale force politique en Syrie.

La victoire de Bachar el-Assad ne fait incontestablement pas que des heureux.

L’Union européenne, par l’intermédiaire du chef de sa diplomatie, Joseph Borrel, a déclaré que «ces élections n’étaient pas libres ni légitimes, elles ne vont pas contribuer au règlement du conflit ni conduire à la normalisation des relations de la communauté internationale avec le régime syrien.» Pire encore, le Conseil de l’UE a annoncé la prolongation annuelle, à compter du 1er juin 2021, des sanctions contre la République syrienne, introduites en 2011.

En définitive, malgré son écrasante victoire aux élections présidentielles, tout n’est pas gagné pour Bachar el-Assad. Le regard de l’étranger proche reste mitigé. Le petit émirat du Qatar a ainsi rappelé que la Syrie était loin de faire consensus dans la région. «Jusqu’à présent, nous ne voyons rien à l’horizon pour une solution politique acceptable pour le peuple syrien […] l’approche et la conduite [du régime, ndlr] n’ont pas changé», a déclaré le chef de la diplomatie qatarie, Cheikh Mohammed ben Abdulrahman Al-Thani le 28 mai à la télévision britannique Al Araby. «Il n’y a aucune motivation pour nous de rétablir des liens avec le régime syrien pour le moment», a-t-il ajouté. En d’autres termes, Doha ne semble pas prêt à normaliser ses relations avec Damas.

Reste à savoir si l’émirat suivra un autre pays qui s’est récemment rapproché du pouvoir syrien. Car Damas peut tout de même compter sur un soutien régional: après avoir fait le choix de l’opposition syrienne, les Émirats arabes unis ont rouvert leur ambassade en 2018. Pour notre source locale, qui a souhaité garder l’anonymat, «le Qatar finira par admettre son erreur».

«Le Qatar est le principal bailleur des djihadistes d’Idlib. Il finance les Frères musulmans, ainsi que plusieurs mouvances islamistes pour garder la main sur le dossier syrien. Mais tôt ou tard, la poche d’Idlib sera reprise», espère-t-il.

Le Hezbollah félicite Bachar el-Assad

Damas peut toutefois compter sur d’autres soutiens régionaux. Malgré son éviction de la ligue arabe au lendemain du déclenchement de la guerre en 2011, certains pays arabes n’ont pas hésité à féliciter Bachar el-Assad pour avoir remporté un quatrième mandat. Le Président libanais Michel Aoun a ainsi écrit, dans une missive envoyée à Damas le 29 mai: «je saisis cette occasion pour souligner la profondeur des liens historiques entre nos deux pays et mon aspiration à développer nos relations bilatérales dans tous les domaines qui servent les intérêts suprêmes de nos peuples.»

Fidèle allié du gouvernement syrien, le Hezbollah a également félicité le Président syrien. Tout comme le Sultan Haïtham d’Oman, le seul pays du golfe à n’avoir jamais coupé ses liens avec Damas. Pour notre source locale, ce timide soutien arabe n’est pas anodin:

«Il y a une sorte de manichéisme autour des élections syriennes. Tous les pays arabes qui refusent de reconnaître les élections sont en partie soumis aux intérêts américains dans la région. Les autres savent que la Syrie à un rôle à jouer au Moyen-Orient», estime-t-il.

Pourtant, au sein du parti Baas, on ne perd pas espoir: «nos voisins arabes commencent petit à petit à changer de position sur la Syrie», estime notre interlocuteur, en faisant ici référence à l’Arabie saoudite. Le chef du renseignement saoudien s’est en effet rendu le 3 mai en catimini à Damas pour discuter d’une probable réouverture de l’ambassade saoudienne. Pourtant, le plus solide soutien à la Syrie ne provient pas de son environnement arabe.

La Chine prête à reconstruire la Syrie?

Les deux principaux alliés étatiques de Damas, la Russie et l’Iran, se sont empressés de reconnaître le résultat des élections. Dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, Moscou a déclaré considérer les élections «comme une affaire souveraine de la République arabe syrienne et une étape importante vers le renforcement de sa stabilité interne.» De son côté, Téhéran a qualifié «la tenue réussie de l’élection et la participation massive du peuple syrien» d’«étape importante dans l’instauration de la paix.» Après avoir aidé militairement Bachar el-Assad à reprendre une partie de son territoire, l’Iran et la Russie tentent d’aider la Syrie à réintégrer le concert des nations:

«Sans eux, la Syrie n’existerait plus. Nous pouvons compter sur nos alliés traditionnels. Ils l’ont prouvé depuis le début du conflit. Ils ont perdu des hommes, investi de l’argent pour que la Syrie ne tombe pas entre les mains des djihadistes. Et pour ça, nous leur en sommes éternellement reconnaissants», souligne-t-il.

Plus discret, le rôle de la Chine est tout de même à mentionner. Lors d’un déplacement à Moscou en 2019, le président Xi Jinping avait exprimé son souhait de renforcer ses liens avec la Syrie: «la Chine est prête à participer à la reconstruction de la Syrie dans sa propre capacité», avait-il déclaré. De surcroît, Pékin a également félicité Bachar el-Assad pour sa victoire. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a informé le 28 mai que «la Chine soutient fermement la Syrie dans sa sauvegarde de sa souveraineté, de son indépendance et de son intégrité territoriale.» Plus étonnamment encore, notre source relève les soutiens du Venezuela, de Cuba et de la Corée du Nord, tout l’«axe opposé à l’impérialisme américain», en somme:

«La Syrie cristallise un réseau d’alliance hétérogène contre les intérêts de Washington», conclut-il.

Lire aussi:

L'armée russe ouvre le feu pour stopper un destroyer britannique qui a violé sa frontière en mer Noire
Israël, Royaume-Uni: les vaccins inefficaces face au variant Delta?
Moscou dévoile les images du survol du HMS Defender par un avion militaire russe - vidéo
Tags:
Bachar el-Assad, Syrie, Russie, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook