International
URL courte
Par
234
S'abonner

Les négociations à Bruxelles autour de la réforme de la politique agricole commune (PAC), qui se sont soldées par un échec, ont été «très difficiles», a admis mardi le ministre de l'Agriculture français.

«Nous avons eu effectivement des discussions très difficiles, très compliquées, où à l'unanimité des ministres européens de l'Agriculture, il a été acté l'arrêt des discussions dans le cadre de ce fameux trilogue européen», a expliqué Julien Denormandie, qui était interrogé sur le sujet par un député à l'Assemblée nationale, lors des questions au gouvernement.

Vendredi dernier, après une nuit entière de discussions, les États membres n'étaient pas parvenu à se mettre d'accord sur cette réforme lors des négociations avec le Parlement européen et la Commission européenne.

Les discussions portaient sur une version réformée de la PAC, validée en octobre 2020 par les Vingt-sept, et placée sous le signe d’une prise en compte renforcée de l’impact environnemental, avec un budget de 387 milliards d'euros pour la période 2021-2027.

«Nous ne pouvions accepter une PAC beaucoup trop compliquée pour nos agriculteurs, où la transition écologique n'était pas accessible ou une PAC qui ne prenait pas en compte la régulation de nos importations», a justifié Julien Denormandie.

Les discussions doivent reprendre durant le mois de juin.

Selon le ministre de l'Agriculture français, trouver un accord avec la Commission européenne et le Parlement européen est «un défi».

«Ca sera tout l'enjeu du mois qui vient et soyez assurés que je m'y engagerai avec détermination», a-t-il déclaré devant les députés.

Lire aussi:

Genou à terre des joueurs de l’équipe de France: «Un signe de soumission idéologique»
Les États-Unis vont-ils utiliser la mer Noire comme prochaine zone de conflit contre la Russie?
Une sénatrice française appelle directement à l'ingérence en Algérie
Tags:
agriculture, Bruxelles
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook