International
URL courte
Par
11446
S'abonner

Dans le contexte des relations tendues entre la Russie et l’Otan, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a avancé ce mardi aux journalistes que le message de l’Alliance «reste clair», soulignant que l’Otan «est prête au dialogue». Il estime néanmoins que l’amélioration de ces relations dépend de la Russie.

La Russie promet de renforcer d'ici l'année prochaine ses troupes à ses frontières occidentales en raison de l’intensité des vols et la présence de navires militaires de l’Otan. Le secrétaire général assure de son côté que ce renforcement est purement défensif. Dans ce contexte, le ministre allemand des Affaires étrangères avance ce 1er juin que l’Alliance à une volonté de construire un dialogue avec la Russie, ajoutant que «la clé» de l’amélioration de ces relations était à Moscou.

«Notre position reste claire: elle est cohérente, et reste la même que par le passé. Nous sommes prêts pour un dialogue et nous avons fait des propositions, mais la clé d’une meilleure relation réside clairement à Moscou», lance-t-il ce mardi avant une vidéoconférence avec ses homologues des pays de l’Otan.

Jens Stoltenberg s’exprime sur les relations avec la Russie

Ces propos du ministre allemand font écho aux remarques du secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, qui avait souligné le 31 mai que l’Alliance continuerait à rechercher le dialogue avec Moscou.

«Nous sommes là pour prévenir les conflits et la guerre. Mais la meilleure façon de le faire est d’envoyer un message clair à tout adversaire potentiel que si un allié est attaqué, toute l’alliance sera là», avait-il détaillé.

Qui plus est, il a tenu à préciser que le dialogue avec la Russie était nécessaire pour assurer la transparence et prévenir les incidents dangereux, en ajoutant que l’Alliance avait toujours une «approche à double voie avec la Russie».

Auparavant, l’ancien Président russe et actuel vice-président du Conseil russe de sécurité, Dmitri Medvedev, revenant sur les relations entre Moscou, Bruxelles et Washington, avait déploré leur considérable détérioration. Il avait estimé que l'ère de la guerre Froide était revenue dans les relations entre la Russie et les États-Unis, alors que la rivalité entre les deux pays a été remplacée par la confrontation et le conflit.

«Muscles politiques»

L’Otan doit développer des «muscles politiques», a en outre estimé le responsable allemand, en soulignant que son pays prévoit de contribuer à la défense collective au sein de l’Alliance, qui fera face à «un défi autocratique» accru dans l’avenir.

«L’Allemagne continuera de contribuer à la défense collective, à la gestion de la crise et, en particulier, à la sécurité collective. L’Otan doit également se développer sur ces questions, car le défi autocratique pour l’Alliance va s’accroître au cours de la prochaine décennie. Nous devons de ce fait continuer à renforcer les muscles politiques de l’Otan et nous considérer comme une alliance de démocraties, ainsi qu’améliorer le développement stratégique», conclut-il.

Auparavant, les pays de l’Otan avaient dénoncé unanimement un incident avec un avion dérouté par la Biélorussie qui avait eu lieu le 23 mai.

Pour rappel, un avion de la compagnie aérienne Ryanair reliant Athènes à Vilnius a atterri d’urgence à Minsk à la suite d'une alerte à la bombe. L’opposant biélorusse Roman Protassevitch, ex-rédacteur en chef de la chaîne Telegram d’opposition Nexta, considérée comme extrémiste en Biélorussie, qui se trouvait à bord, a été arrêté à son arrivée à l’aéroport. Le détournement de cet appareil a provoqué une vive réaction de la part de l’UE qui a instauré des sanctions à l’égard de Minsk.

Lire aussi:

Covid-19: «la stratégie de la peur», dernier outil d’«une élite dépassée»? – vidéo
Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
La Pologne enverra des drones turcs protéger les frontières est de l’Otan
Tags:
OTAN, Russie, politique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook