International
URL courte
Par
152322
S'abonner

En principe, la force Barkhane devrait rester pour le moment dans le Sahel. Mais le nouveau pouvoir en place à Bamako incitera-t-il les troupes françaises à quitter le pays? Pour Nicolas Normand, ex-ambassadeur de France au Mali, ce départ déclencherait la prise du pouvoir par les djihadistes.

«Le colonel Goïta a toujours fait savoir qu’il tenait beaucoup à la présence de Barkhane. Choguel Maïga, le futur Premier ministre, est également favorable à la présence de Barkhane. Ce n’est pas un secret. Je l’ai rencontré la semaine dernière, j’ai parlé avec lui, nous avons même dîné ensemble. Tous les responsables maliens savent que, si Barkhane se retire, l’armée malienne n’est pas en mesure de faire face à la situation et des villes tomberont rapidement aux mains des djihadistes», confie à Sputnik Nicolas Normand, ancien ambassadeur de France à Bamako.

Après le second coup d’État militaire en moins d’un an au Mali, le chef de la junte militaire, le colonel Assimi Goïta, sera investi officiellement Président de transition le 7 juin. Et ce jusqu’à l’élection présidentielle prévue pour février 2022. Il devrait désigner dans la foulée son Premier ministre. En principe l’opposant Choguel Kokalla Maïga. Lié au Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), ce dernier est considéré comme étant proche de l'influent imam conservateur Mahmoud Dicko, qui serait favorable au dialogue avec certains chefs djihadistes. Alors qu’Emmanuel Macron évoquait le repli des 5.100 militaires français du Sahel si le Mali allait «dans le sens» de l’islamisme radical, cette nomination incitera-t-elle la France à mettre sa menace à exécution?

Lignes rouges –Jean-Baptiste Mendes reçoit Nicolas Normand, ancien ambassadeur de France au Mali, Congo, Sénégal, Gambie. Il est l’auteur du «Grand livre de l’Afrique» (Éd. Eyrolles, 2019).

Lire aussi:

«Ils profitaient des USA»: Trump se lâche contre Macron et les dirigeants européens
Francis Lalanne choque en liant le malaise cardiaque d’Eriksen au vaccin anti-Covid
Le geste désespéré d’un Algérien en situation irrégulière qui voulait quitter la France
Le général Lecointre quitte son poste au commandement des armées
Tags:
Forces armées françaises, coup d'Etat, opération Barkhane, islamistes, djihadisme, Tchad, Mali
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook