International
URL courte
Par
6114
S'abonner

Le ministre britannique des Finances, Rishi Sunak, fait pression pour que la City de Londres soit exemptée du futur système mondial d'impôt minimum sur les sociétés défendu par les pays du G7, a rapporté mardi le Financial Times.

Samedi, les pays du G7 sont parvenus à un accord historique pour augmenter la taxation internationale des plus grandes multinationales comme Alphabet (maison-mère de Google), Apple et Amazon.

Cet accord prévoit l'instauration d'un taux global plancher d'au moins 15% pour l'imposition des sociétés, et le principe du paiement de l'impôt dans les pays où les entreprises vendent leurs biens et leurs services.

Un fonctionnaire proche des discussions a déclaré que le Royaume-Uni faisait partie des pays faisant pression "pour une exemption sur les services financiers", par crainte que les banques mondiales ayant leur siège à Londres ne soient affectées, écrit le FT.

Le question a déjà été soulevée par Rishi Sunak lors des discussions du G7 à Londres, selon le journal qui cite des personnes proches du dossier. Le ministre des Finances devrait à nouveau faire part de sa demande lors du G20 le mois prochain.

"Notre position est que nous voulons que les sociétés de services financiers soient exemptées et les pays de l'UE sont dans la même position", a déclaré un fonctionnaire britannique cité par le FT.

Lire aussi:

L'armée russe ouvre le feu pour stopper un destroyer britannique qui a violé sa frontière en mer Noire
Dupond-Moretti «n’a pas jugé utile de signaler» que les bulletins de la gauche étaient absents de son bureau de vote
Ex-ambassadeur de France à Moscou: «Joe Biden a très clairement compris le message du Président russe»
Tags:
taxation, G7, Londres
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook