International
URL courte
Par
0 113
S'abonner

De nouvelles poursuites pour corruption ont été engagées contre la dirigeante birmane élue, Aung San Suu Kyi, et deux autres anciens responsables de son gouvernement, a déclaré jeudi le quotidien Global New Light of Myanmar.

Le journal d'Etat a cité la Commission de lutte contre la corruption qui a déclaré que les accusations portaient sur l'utilisation abusive de terres pour la Fondation caritative Daw Khin Kyi, présidée par Aung San Suu Kyi, ainsi que sur des accusations antérieures d'acceptation d'argent et d'or.

La Commission a indiqué que des dossiers avaient été ouverts contre Aung San Suu Kyi et deux autres fonctionnaires dans des commissariats mercredi.

"Elle a été jugée coupable d'avoir commis des actes de corruption en utilisant son rang. Elle a donc été inculpée en vertu de l'article 55 de la loi anti-corruption", précise le journal. Cette loi prévoit jusqu'à 15 ans de prison pour les personnes reconnues coupables.

Reuters n'a pas pu joindre immédiatement les avocats d'Aung San Suu Kyi pour un commentaire.

Lire aussi:

L'armée russe ouvre le feu pour stopper un destroyer britannique qui a violé sa frontière en mer Noire
Ex-ambassadeur de France à Moscou: «Joe Biden a très clairement compris le message du Président russe»
«Blancheur de la nourriture française»: Sciences Po s’enfonce toujours plus loin dans la dérive racialiste
Tags:
Aung San Suu Kyi, politique, Myanmar
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook