International
URL courte
Par
183622
S'abonner

Le chef du gouvernement centrafricain a fait part ce jeudi sur Twitter de sa démission. Cette décision intervient deux jours après la suspension par la France de ses aides financières et militaires à la République centrafricaine.

Le Premier ministre centrafricain Firmin Ngrebada a annoncé avoir présenté la démission de son gouvernement.

«Nous allons savoir d'ici quelques heures si le Premier ministre est reconduit par le Président», a pour sa part précisé à l'AFP Albert Yaloké Mokpémé, le porte-parole de la présidence.

Situation en Centrafrique

Classé par l'Onu deuxième pays le moins développé du monde, la Centrafrique est en proie depuis 2013 à une guerre civile qui a cependant considérablement baissé d'intensité depuis 2018. Le Président Touadéra a été réélu le 27 décembre 2020 mais dans un scrutin pour lequel moins d'un électeur sur trois a eu la possibilité de se rendre aux urnes en pleine offensive rebelle.

Depuis fin décembre, face à une rébellion visant à le renverser, l'armée du Président à peine réélu a reconquis une grande partie de plus des deux tiers du territoire que contrôlaient jusqu'alors des groupes armés rebelles.

Comme le précise un communiqué du ministre russe des Affaires étrangères, paru fin décembre, afin de renforcer la capacité de défense de la Centrafrique et former les soldats de l’armée nationale, la Russie a envoyé dans le pays 300 instructeurs militaires.

En raison d’«une campagne de désinformation massive» qui, selon la défense française, implique Moscou, Paris a annoncé le 8 juin la suspension de sa coopération militaire avec Bangui ainsi que celle de son aide financière.

Lire aussi:

«Je vais tous vous crever»: appelés pour des violences conjugales, des policiers se font tirer dessus
Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Tags:
aide militaire, République centrafricaine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook