International
URL courte
Par
12139
S'abonner

En 2021, l'Ukraine accueille une série d'exercices militaires de l'Otan. Certains perçoivent ces exercices comme de l'essence jetée sur le feu, car le pays hôte a toujours un conflit militaire non résolu dans le Donbass.

C'est la grande ouverture d'une saison de jeux de guerre pour Kiev. 11.000 soldats de l'Otan sont déployés en Ukraine pour mener des manœuvres conjointes aux côtés de quelque 21.000 soldats locaux, le tout à l'invitation du Président du pays Volodymyr Zelensky.

Les plus grands exercices de l'Otan en un quart de siècle

Les jeux de guerre, dont une partie est en cours actuellement, couvriront la terre, la mer et l'air. La partie maritime comprend Sea Breeze: une simulation qui réunira 30 navires, 30 avions de guerre et 1.400 soldats représentant 27 nations. Avant 2014, l'Otan a organisé Sea Breeze depuis la Crimée, mais même après que la région a rejoint la Russie suite à un référendum, les scénarios n'ont pas beaucoup changé et tournent toujours autour de la péninsule.

Des militaires ukrainiens participent également à d'autres manœuvres: Defender Europe 2021. Le plus grand exercice de ce genre au cours des 25 dernières années est mené simultanément dans 16 pays européens, les principaux sites étant proches des Balkans et de la région de la mer Noire.

​Au cours de la première étape de Defender Europe, appelée Swift Response, 7.000 soldats de 11 pays ont participé à des missions à travers l'Europe de l'Est: de la Bulgarie à la Roumanie, ainsi qu'en Estonie. La deuxième étape des exercices est appelée Immediate Response. Elle comprend des exercices de tir pour 5.000 soldats de huit pays. Deux autres étapes portent sur la défense antiaérienne et antimissile, ainsi que sur la mise en place de la coordination entre les forces multinationales.

En avril dernier, Alexeï Arestovich, porte-parole de la mission ukrainienne au sein du soi-disant groupe de contact trilatéral (Trilateral Contact Group, TCG) sur le Donbass, a déclaré que Defender Europe était une «simulation d'une guerre, d'un conflit armé avec la Russie». Il a ajouté que «l'accent est mis principalement sur les Balkans et la Crimée, et, naturellement, sur tout le nord de la Crimée».

Le sanctuaire de l'Occident

En ce qui concerne les possibilités d'adhésion de l'Ukraine à l'Otan, la rhétorique des hauts gradés de l'Alliance reste oblique et prudente, le secrétaire général Jens Stoltenberg déclarant que Kiev devra d'abord «moderniser et réformer ses institutions de sécurité et de défense». Mais en réalité, l'Otan est déjà en Ukraine et pompe littéralement le pays avec de plus en plus d'armes.

​Il est indubitable que les politiques expansionnistes de l'Otan ne sont pas nouvelles pour Moscou. L'Alliance a fait le contraire de ce que ses dirigeants avaient proclamé concernant l'empiétement de l'Otan vers l'est pendant des décennies, augmentant progressivement la présence militaire en Europe de l'Est depuis 1991 et acceptant par la suite les anciens pays du bloc soviétique parmi ses membres.

Mais tout le poids des critiques et des accusations pour tout acte répréhensible global lié aux activités militaires a toujours été biaisé par les médias mainstreams et les politiciens occidentaux, et fait porter à Moscou. Par exemple, en avril 2021, la Russie a subi des pressions de la part des États-Unis et de l'Allemagne pour avoir organisé des exercices militaires sur son propre sol, alors que des dizaines de manœuvres militaires étroitement imbriquées et nettement plus importantes impliquant Kiev avaient été organisées par l'Occident à proximité des frontières de la Russie.

​Les deux parties belligérantes dans le Donbass continuent de s'accuser mutuellement de violations du cessez-le-feu. Mais il est probable qu'après les manœuvres de l'Otan davantage de munitions de fabrication occidentale apparaissent dans les rapports de bombardement sur la ligne de front.

​Selon le ministère russe de la Défense, les armements et munitions sophistiqués livrés par l'Otan pour les exercices seront finalement fournis aux groupes nationalistes ukrainiens dans le Donbass, ajoutant davantage de tension à la situation dans la région.

Qui sape vraiment la souveraineté de l'Ukraine?

Alors que les responsables ukrainiens préfèrent s'en tenir à leur rhétorique anti-russe habituelle tout en renforçant leur armée à proximité des frontières russes sous couvert d'exercices militaires, il semble que Kiev s'enferme peu à peu dans de nouvelles limites politiques et militaires. Ces nouvelles limites sont fixées à Bruxelles et à Washington, tandis que Moscou est toujours habituellement présenté par les médias ukrainiens et occidentaux comme le grand méchant et la principale menace pour la souveraineté de l'Ukraine.

​Les dirigeants de l'Otan tiendront un sommet à Bruxelles la semaine prochaine. Mais malgré l'empressement du Président Zelensky à faire intégrer le plus rapidement possible son pays dans l'Organisation du traité de l'Atlantique nord, il ne semble pas qu'il se rapproche de sitôt de cet objectif.

À l'heure actuelle, il semble que Washington n'est pas prêt à donner ouvertement son aval à de tels pas, préférant peut-être garder l'Ukraine comme monnaie d'échange et un instrument permettant à l'administration Biden de continuer à irriter la Russie. Mais il reste à voir si le peuple ukrainien, qui n'a pas son mot à dire dans toute cette situation, veut vraiment un tel rôle pour son pays.

Lire aussi:

Les Bleus ont renoncé au dernier moment à mettre un genou à terre au début du match France-Allemagne et voici pourquoi
Les temps forts du sommet Poutine-Biden à Genève
Castex annonce la levée du couvre-feu et la fin du port du masque en extérieur
Tags:
Donbass, OTAN, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook