International
URL courte
Par
11612
S'abonner

L’entrée en service d’une station sur la Lune élaborée par la Russie et la Chine devrait avoir lieu en 2035. Plusieurs démarches sont prévues, dont l’extraction d’échantillons du sol lunaire, le déploiement de systèmes techniques et de communication, ainsi que de rovers et d’un robot.

Trois mois après l’annonce d’un accord sino-russe sur la construction d’une station lunaire, dont l’avancement devra être «scruté» par Washington, selon le patron de la NASA, le calendrier du projet a été présenté lors de la conférence GLEX, Global Space Exploration Conference.

La première étape, qui se fera de 2026 à 2030, prévoit le lancement d’opérations conjointes par les pays partenaires, le prélèvement d’échantillons des sols lunaires et le contrôle des technologies du centre de commandement de la station, indique la présentation faite ce 16 juin à Saint-Pétersbourg.

L’étape suivante, qui se déroulera de 2031 à 2035, prévoit le déploiement des systèmes énergétiques, de communication et de livraison d’équipements sur l’orbite et la surface de la Lune. La station disposera de rovers d’exploration et techniques, ainsi que d’un robot capable de sauter, a précisé un directeur adjoint de l’agence spatiale nationale chinoise lors de la conférence.

Puis la station entrera en service.

Ce projet de création d’une station «à la surface ou en orbite» est ouvert à tous les pays intéressés et aux partenaires internationaux.
En avril, le directeur de l’agence spatiale russe Roscosmos, Dmitri Rogozine, avait déclaré que les travaux de construction du premier module de la future station orbitale russe avaient déjà été lancés. Cette partie devrait être mise en orbite d’ici 2025.

Dans une interview accordée début juin au journal russe Komsomolskaïa Pravda, le directeur de Roscosmos explique que la future station nationale pourrait «rester en orbite presque éternellement» puisqu’elle sera composée de modules remplaçables au fur et à mesure de leur vieillissement. Selon lui, cette infrastructure pourra aussi accueillir les astronautes d’autres pays.

Au coude-à-coude avec les USA

De leur côté, les États-Unis déploient le programme de vol habité vers la Lune «Artemis», lancé en 2019. L’agence spatiale américaine espère faire atterrir des cosmonautes sur le sol lunaire d’ici 2024. L’entreprise d’Elon Musk, Space X, a été choisie pour accomplir cette mission composée de trois étapes.

Il s’agit d’un vol non habité du vaisseau Orion lancé par la fusée Space Launch System (SLS) qui contournera la Lune, ensuite d’un vol identique habité et enfin du débarquement d’astronautes sur la Lune avant leur envoi vers Mars dans les années 2030.

Le Brésil est devenu le premier pays d’Amérique du Sud à rejoindre ce programme, ouvert lui aussi à d’autres partenaires.

Par ailleurs, le directeur de la NASA, Bill Nelson, estime que la Chine n’envisage pas d’attendre les années 2030 pour lancer un vol habité vers la Lune, compte tenu de ses récentes déclarations; raison pour laquelle il faut suivre les projets conjoints entre Moscou et Pékin de faire débarquer ses cosmonautes en premier.

Enfin, il a souligné l’intention américaine de réaliser ce projet en 2024.

Lire aussi:

Le pass sanitaire en cause? L’institut Pasteur améliore ses pronostics pour la quatrième vague
Licenciement en cas de non-vaccination? La droite dénonce «une volonté de revanche sur le dos des salariés»
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Tags:
NASA, Chine, station spatiale, Lune, espace
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook