International
URL courte
Par
Sommet Poutine-Biden à Genève (28)
6194
S'abonner

Retour des ambassadeurs, accord sur un dialogue bilatéral sur la stabilité stratégique. Tels sont les résultats principaux du sommet entre Vladimir Poutine et Joe Biden qui s’est tenu le 16 juin à Genève. Bien que des divergences sur nombre de sujets persistent, plusieurs pays saluent les progrès dans les relations entre les deux pays.

Les négociations entre les présidents russe et américain ont duré presque quatre heures mercredi 16 juin dans la villa La Grange au bord du lac Léman, à Genève. Il s'agissait du premier sommet russo-américain depuis 2018, ainsi que de la première rencontre avec Biden en tant que chef d'État.

Les leaders des deux pays ont abordé plusieurs aspects des relations russo-américaines.

Parmi les principaux résultats du sommet figure l’accord visant à lancer un dialogue bilatéral sur la stabilité stratégique. Vladimir Poutine et Joe Biden ont réaffirmé qu’il ne pouvait y avoir de gagnant en cas de guerre nucléaire.

En outre, ils ont convenu du retour des ambassadeurs respectifs à Moscou et Washington après plusieurs mois de confrontation diplomatique provoquée par les déclarations de Biden sur Poutine et les nouvelles sanctions.

Par ailleurs, les deux dirigeants se sont prononcés en faveur d'une résolution du conflit dans le Donbass sur la base des accords de Minsk.

Des divergences persistent

Cependant les accusations américaines de cyberattaques, de tentatives d'ingérence dans des élections ou encore la question de l'opposition en Russie freinent le dialogue. Le Président américain a indiqué avoir remis à Vladimir Poutine une liste d'environ 16 infrastructures américaines ne devant pas être attaquées par des hackers, faute de quoi Washington aura «de nombreuses opportunités» pour une cyberattaque en représailles.

Pour sa part, le Président russe a accusé les États-Unis de soutenir l'opposition et a comparé les institutions de Navalny, reconnues comme extrémistes en Russie, à la prise du Capitole et des émeutes sur fond de violence contre les Afro-Américains.

«Nous ne pouvons tolérer qu’une chose pareille puisse se produire chez nous», a déclaré Poutine.

Selon lui, dans un avenir proche, la Russie et les États-Unis envisagent d'entamer des consultations sur la cybersécurité, l'échange de prisonniers et le contrôle des armements.

Des accords salués par différents pays

Malgré ces divergences et l’absence d’accords révolutionnaires, ce sommet a été évalué de façon positive par d’autres pays.

Heiko Maas a qualifié la rencontre entre les présidents des États-Unis et de la Russie de «point de départ» et de «condition préalable si nous voulons parvenir à des compromis et des solutions dans le futur».

​La Chine salue les accords russo-américains sur la stabilité stratégique au sommet de Genève, a déclaré lors d’une conférence de presse ce jeudi 17 juin le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.

Selon le diplomate, les États-Unis et la Russie, en tant que puissances possédant les plus grands arsenaux nucléaires, doivent suivre le consensus international et assumer une responsabilité particulière dans le domaine du désarmement nucléaire.

Réactions US et russe

Un haut fonctionnaire de l'administration Biden a trouvé la discussion «directe, constructive, non polémique et très factuelle».

«Il ne s’agissait pas de personnes qui lisaient des points de discussion les uns aux autres ou qui faisaient simplement un monologue sur tel ou tel sujet. La discussion était très concrètement axée sur différentes questions très importantes», a-t-il ajouté lors d’un point de presse.

Il a par ailleurs souligné qu’il faudra du temps pour dire si toute coopération potentielle entre les États-Unis et la Russie donnera des résultats.

Le porte-parole du Kremlin a quant à lui noté dans une interview à la radio Écho de Moscou que le sommet s’est passé «plutôt avec un signe plus», car les parties ont réussi à «comprendre sur quoi elles pouvaient interagir et sur quoi elles ne pourront pas le faire pour le moment à cause d’importantes divergences».

Dossier:
Sommet Poutine-Biden à Genève (28)

Lire aussi:

Pass sanitaire: des sanctions «totalement disproportionnées» pour les récalcitrants?
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Tags:
Genève, Vladimir Poutine, Joe Biden, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook