International
URL courte
Par
131561
S'abonner

Alors que le nouveau Premier ministre israélien Naftali Bennett s'apprêtait à reprendre le flambeau de Benyamin Netanyahou dimanche dernier, celui-ci aurait ordonné de détruire certains documents dans son bureau, rapporte le quotidien Haaretz. Cet acte n’est pas conforme à la loi israélienne.

Des documents conservés dans des coffres-forts du bureau de Benyamin Netanyahou auraient été déchiquetés le 13 juin quelques heures avant l'entrée en fonction du nouveau Premier ministre israélien, Naftali Bennett, relate le quotidien israélien Haaretz. Selon les personnes qui travaillaient au bureau de Netanyahou, c’est l’ancien chef du gouvernement de l’État hébreu lui-même qui a ordonné cette procédure illégale.

Réagissant à l’information, un porte-parole de l’ancien Premier ministre a assuré au Haaretz qu'il s'agissait «d'un total mensonge».

«Rien de tel n'a jamais eu lieu», a-t-il déclaré au Haaretz.

Aucune précision concernant la nature des documents ni leur nombre n’a pour le moment été donnée.

Le bureau de Naftali Bennett a, quant à lui, déclaré «ne pas être familier» de cette question tout en promettant de se renseigner, précise le quotidien.

Propriété de l'État

Si l'hypothèse de documents déchiquetés d’un ancien Premier ministre inquiète autant, c’est parce qu’un tel choix de la part de Netanyahou serait contraire à la loi, «tout document créé dans le cadre du travail d'un responsable civil ou reçu par lui dans le cadre de son travail appartient à l'État et doit être conservé au bureau», selon la loi israélienne à laquelle se réfère le Haaretz.

«Les documents et archives conservés dans le bureau d'un responsable civil qui a cessé d'occuper cet emploi et qui sont directement ou indirectement liés à ses activités ou fonctions sont la propriété de l'État», indique le quotidien citant la loi israélienne. Ces documents doivent donc être gardés dans le bureau et ne doivent surtout pas faire l’objet d’un déchiquetage.

Netanyahou détrôné

C’est après la signature de l’accord de coalition le 2 juin, dirigé par Yaïr Lapid, du parti centriste Yesh Atid, que la formation, tant attendue, d’un nouveau gouvernement a été possible en Israël. La coalition anti-Netanyahou inclut des partis de tous les bords de l’échiquier politique, dont le parti de droite de l’actuel chef du gouvernement, Yamina, un de centre-gauche, le Parti travailliste israélien, ou encore de centre-droite, Israel Beytenou. Il est à noter qu’un parti arabe a également soutenu la coalition d’opposition.

Dans un vote serré - 60 pour, 59 contre et une abstention – la Knesset a approuvé le nouveau gouvernement, mettant fin au règne de Netanyahou, le plus long dans l’histoire de l’État hébreu. Le leader de Likoud a servi en tant que Premier ministre d’abord de 1996 à 1999, puis de 2009 jusqu’au 13 juin 2021.

Désormais chef de l’opposition, «Bibi» a déjà promis, dans une allocution au parlement monocaméral, de «faire tomber ce mauvais gouvernement» et de revenir «pour diriger le pays à notre manière». 

Lire aussi:

Quelle forme pourrait prendre une «guerre mondiale» déclenchée par les États-Unis et la Chine?
Les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique? La crainte des anti-vaccins passée au crible
Lassé du bâton occidental, le Liban se tourne vers la carotte de Téhéran, Moscou et Pékin
Tags:
documents, Israël, Benjamin Netanyahou
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook