International
URL courte
Par
101651
S'abonner

Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé lundi 21 juin que sa rencontre avec son homologue américain Joe Biden le 14 juin avait permis l'ouverture d'une «nouvelle ère» entre les deux pays après des années de tension.

«Nous croyons avoir ouvert les portes d'une nouvelle ère avec les États-Unis sur une base positive et constructive», a déclaré M.Erdogan à la presse après avoir présidé une réunion de son cabinet.

«La seule demande de la Turquie [auprès de Washington, ndlr] est de voir sa souveraineté économique et politique respectée et d'être soutenue dans sa lutte contre les organisations terroristes», a-t-il ajouté.

Il a affirmé vouloir mettre à profit «le climat positif» qui a caractérisé, selon lui, sa rencontre avec M.Biden pour «renforcer les canaux de dialogue» entre les deux pays.

Les deux dirigeants se sont rencontrés le 14 juin en marge d'un sommet de l'Otan à Bruxelles, pour la première fois depuis l'entrée en fonctions de M.Biden.

Divergences

Plusieurs sujets de désaccord entre Ankara et Washington ont distendu leurs relations: de l'achat par la Turquie du système de défense antiaérienne russe S-400 au soutien américain aux milices kurdes syriennes, en passant par le refus américain d'extrader le prédicateur Fethullah Gülen, accusé d'avoir orchestré la tentative de coup d’État de 2016 contre M.Erdogan.

En réaction à la livraison en 2019 à la Turquie de la première batterie du système de défense antiaérienne russe S-400, les États-Unis ont exclu Ankara du programme de fabrication de l'avion furtif F-35, faisant valoir que les missiles russes pourraient en percer les secrets technologiques et étaient incompatibles avec les dispositifs de l'Otan.

La Turquie ne cesse depuis de demander à Washington de la réintégrer dans ce programme, affirmant que le déploiement des S-400 n'aurait aucun impact sur les systèmes de défense de l'Otan.

Les relations turco-américaines se sont détériorées depuis que Joe Biden a succédé en janvier à la Maison-Blanche à Donald Trump. M.Biden a notamment reconnu le génocide arménien sous l'Empire ottoman pendant la Première Guerre mondiale, suscitant la colère d'Ankara.

Lors de leur rencontre à Bruxelles, M.Erdogan a en outre évoqué avec son homologue américain les modalités d'un éventuel maintien des forces turques présentes en Afghanistan après le retrait américain de ce pays prévu en septembre.

À cet égard, Washington a salué le 17 juin un «engagement clair» de la Turquie à jouer «un rôle-clé» dans la sécurisation de l'aéroport de Kaboul après le départ des troupes américaines et étrangères.

Lire aussi:

Éboulement sur un chantier: un mort, le trafic TGV de Montparnasse interrompu
L'armée syrienne repousse une attaque aux missiles de l'aviation israélienne près de Damas
Vladimir Poutine s'exprime sur les nouvelles armes de la Marine russe
Le nombre de cas quotidiens de Covid-19 en baisse en France
Tags:
États-Unis, Turquie, Joe Biden, Recep Tayyip Erdogan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook