International
URL courte
Par
4032
S'abonner

Souhaitant donner un coup d’accélérateur à la vaccination de la population, le dirigeant philippin a promis de faire arrêter ceux qui ne veulent pas se faire immuniser.

Sur fond de flambée des contaminations par le variant Delta aux Philippines, le Président Rodrigo Duterte a menacé lundi 21 juin de faire emprisonner ceux qui refusent de se faire vacciner contre le nouveau coronavirus.

«Il s’agit d’une urgence nationale. Si vous ne voulez pas vous faire vacciner, je vous ferai arrêter», a lancé le dirigeant lors d’une allocution télévisée, promettant de demander aux autorités locales de dresser une liste des personnes qui rechignent à se faire vacciner.

Suite à ces déclarations, le ministre de la Justice Menargo Guevarra a pourtant dû expliquer qu’aucune loi ne criminalisait le refus de se faire vacciner, ajoutant que le Président avait eu recours à «des termes clairs pour faire comprendre que nous devons nous faire vacciner et obtenir l’immunité collective le plus vite possible».

Plus de 23.000 décès

Selon les données de l’université Johns-Hopkins aux États-Unis, le nombre total de contaminations par le coronavirus aux Philippines s’élève actuellement à plus de 1,3 million. Le pays déplore plus de 23.000 décès liés au Covid-19.

La campagne de vaccination lancée en mars a déjà permis d’immuniser complètement protéger plus de 2,1 millions de Philippins, d’après le ministère de la Santé.

Le spectre de la guerre antidrogue?

Les menaces proférées par M.Duterte à l’encontre de ses compatriotes réticents à l’idée de se faire vacciner ne sont pas sans rappeler la sanglante campagne de lutte contre le trafic de drogue dans l’archipel, initiée par le Président en 2016.

Les chiffres officiels font état de plus de 6.000 morts dans ces opérations, alors que la Cour pénale internationale (CPI), qui mène une enquête sur cette campagne, soupçonne le gouvernement philippin d’avoir fait tuer «plusieurs milliers, voire des dizaines de milliers de civils» entre 2016 et 2019.

Lire aussi:

Checkmate: «Il y a un vrai marché pour lui»
Détention d’armes de guerre transformées: «il est plus facile de taper sur les tireurs que sur la délinquance»
Mobilisation contre le pass sanitaire: «Si la situation se détériore, les gens ne resteront pas chez eux»
Tags:
Cour pénale internationale (CPI), Covid-19, Rodrigo Duterte, vaccination, Philippines
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook