International
URL courte
Par
364817
S'abonner

Après le rejet par l’UE de l'idée d’un sommet avec la Russie, proposée par Macron et Merkel, Paris a répété qu'il est indispensable de discuter avec Moscou «à haut niveau» afin d'avoir une stabilité stratégique et relationnelle. Ce dialogue «n’empêche pas la fermeté, on en a fait preuve», a déclaré ce 25 juin Jean-Yves Le Drian.

Alors que les dirigeants de l'UE n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur la proposition franco-allemande d'organiser prochainement un sommet avec Vladimir Poutine, Jean-Yves Le Drian a répété la nécessité pour l’Europe de discuter avec la Russie à haut niveau.

«Il faut que l'Europe aussi parle à haut niveau avec la Russie», «sans naïveté et dans la fermeté», a déclaré ce 25 juin le ministre français des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse conjointe à Paris aux côtés de son homologue américain, Antony Blinken.

Il a évoqué le sujet «lourd» de la maîtrise des armements, notamment de la déconstruction des régulations des armements, créées dans les années 1980-90, à laquelle «nous avons assisté au cours des derniers mois».

C’est pour cela qu’«il faut parler pour avoir une stabilité stratégique, relationnelle», a souligné le ministre.

Cette déclaration est survenue après que Jean-Yves Le Drian a constaté une «dérive autoritaire» de la Russie, liée à l’affaire Navalny, une «tentative d’intimidation à proximité de l’Ukraine, ainsi qu'une «dérive d’ingérence». Cependant, il est important de parler avec la Russie «parce que c’est un grand pays et parce que pour nous c’est notre voisin», a précisé le ministre.

«Il importe que nous ayons une relation stable avec ce pays, lisible. Cela n’empêche pas la fermeté, on en a fait preuve», a-t-il ajouté en évoquant les sanctions imposées par l’UE sur la Russie.

Le refus d'un sommet

La proposition d’organiser un sommet avec Vladimir Poutine a été formulée le 23 juin par Angela Merkel. L’initiative a été soutenue par Emmanuel Macron, pour qui il s’agit d’«un dialogue nécessaire à la stabilité du continent européen».

Le ministère français des Affaires étrangères avait également évoqué la proposition de la France et de l’Allemagne de réviser le format actuel du dialogue avec la Russie.

«Au Conseil européen, les 27 ont prévu un débat sur notre stratégie à l’égard de la Russie. La France prône un dialogue exigeant avec la Russie, qui doit être défini dans ses objectifs et dans ses paramètres avec l’ensemble de nos partenaires européens», a expliqué la diplomatie.

Cependant, les États Baltes, la Pologne, la Suède et les Pays-Bas se sont opposés à la reprise du dialogue avec le Président russe qui multiplie selon eux les actions agressives contre les pays de l'UE et ceux de son voisinage.

Lire aussi:

Checkmate: «Il y a un vrai marché pour lui»
Détention d’armes de guerre transformées: «il est plus facile de taper sur les tireurs que sur la délinquance»
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Tags:
sommet, Vladimir Poutine, Jean-Yves Le Drian, Paris, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook