International
URL courte
Par
131
S'abonner

Le Conseil fédéral helvète s'est réuni ce mercredi pour sélectionner l'avion de chasse de nouvelle génération qui équipera l'armée suisse pour un contrat estimé à 6 milliards de francs suisses (5,5 milliards d'euros) qui a donné lieu à une féroce bataille entre constructeurs européens et américains.

Fort de plusieurs récents succès à l'export, le Rafale de Dassault est cité comme un des favoris mais doit faire face à une concurrence féroce du F-35A Lightning II de Lockheed Martin's, du F/A-18 Super Hornet de Boeing et de l'Eurofighter d'Airbus construit par l'Allemagne et soutenu par l'Espagne, l'italien Leonardo et le britannique BAE Systems.

Selon la télévision suisse, le F-35 a reçu les meilleures évaluations techniques et financières mais la compétition reste ouverte, le choix d'un appareil américain étant loin de faire l'unanimité en Suisse. L'annonce du gouvernement est attendue en début d'après-midi.

Un contrat avec un constructeur européen pourrait être un moyen pour Berne de renouer les liens avec l'Union européenne, distendus depuis la rupture des négociations en vue d'un accord-cadre avec les Vingt-Sept le mois dernier à l'initiative du Conseil fédéral helvète, soulignent les experts.

Pour tenter d'emporter la mise, Airbus a récemment proposé d'assembler l'Eurofighter en Suisse.

La sélection du Rafale marquerait de son côté le premier succès de l'avion français dans un appel d'offres compétitif portant sur des appareils neufs - entre 30 et 40 - après des contrats de gré à gré entre Etats (Egypte, Inde, Qatar, Grèce) et un appel d'offres remporté pour des appareils d'occasion (Croatie).

 

Lire aussi:

Des sous-marins nucléaires russes arpentent-ils vraiment les fonds marins de l’Atlantique?
La différence établie par le pass sanitaire entre les CDD et les CDI pourrait faire réagir le Conseil constitutionnel
Les mesures de restriction des activités reviennent en force malgré la campagne de vaccination
Tags:
Suisse, avion
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook