International
URL courte
Par
Un destroyer britannique viole la frontière russe en mer Noire (10)
322627
S'abonner

Tout en rappelant les paroles de Vladimir Poutine selon lequel des incidents comme celui avec le destroyer de la Royal Navy en Crimée servent à chercher les points faibles frontaliers et ceux du système de riposte du pays, Dmitri Peskov a indiqué que «la réaction de la Russie sera dure» en cas de récidive.

Dans le sillage de l’incident impliquant le HMS Defender qui a violé la frontière russe au sud de la Crimée le 23 juin, le porte-parole de Vladimir Poutine a souligné que «le destroyer n'était qu'un instrument de provocation». Il a rappelé les paroles du Président expliquant que de cette manière certains points faibles dans l'intégrité de la frontière et dans le système de riposte étaient explorés.

«Je pense que nos services de renseignement savent qui a pris la décision. Mais, bien sûr, je pense qu’au fond, des opérations pareilles sont planifiées par des camarades d'outre-mer», a déclaré Dmitri Peskov dans une interview accordée au programme Moscou.Kremlin.Poutine.

Sans avoir envie de discuter de «scénarios apocalyptiques», le porte-parole a cependant indiqué que si des situations pareilles se répètent, «la réaction de la Russie sera dure».

«Et surtout, comme l'a dit le Président, les informations que les avions de reconnaissance ont reçues n'étaient pas celles qu'ils allaient recevoir, c'étaient les données que la partie russe a considéré nécessaire de fournir», a-t-il ajouté.

L’incident criméen

Le 23 juin, la Russie a annoncé avoir tiré des coups de semonce contre un destroyer britannique qui a, selon Moscou, pénétré dans ses eaux territoriales au large de la Crimée. D’après la partie russe, un avion Su-24M a largué «par précaution quatre bombes à fragmentation hautement explosives de 250 mm le long du parcours du destroyer HMS Defender».

Le vaisseau a ensuite quitté les eaux russes, mettant fin à l’incident, selon la Défense russe. Londres a démenti les déclarations de Moscou, assurant qu’«aucun coup de semonce n’a été tiré vers le HMS Defender» et rejetant «l’affirmation selon laquelle des bombes ont été larguées sur sa trajectoire».

Lors de sa séance de questions-réponses avec la population ce mercredi 30 juin, Vladimir Poutine a indiqué que la «provocation» au large de la Crimée impliquait non seulement les Britanniques, mais aussi les Américains. Dans le même temps, il a estimé que la réaction russe au passage du HMS Defender dans ses eaux territoriales n'avait pas placé le monde au bord d'une guerre d'envergure.

Dossier:
Un destroyer britannique viole la frontière russe en mer Noire (10)

Lire aussi:

«Déterminés à défendre la souveraineté nationale»: Pékin réagit au passage d’un destroyer US par le détroit de Taïwan
La police allemande patrouille à La Rochelle aux côtés de la gendarmerie – photo
Un trentenaire décède après sa vaccination au Pfizer dans les Landes, la famille y voit un lien et porte plainte
Tags:
Russie, Crimée, Dmitri Peskov, Vladimir Poutine, Royal Navy (Royaume-Uni), Kremlin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook