International
URL courte
Par
14850
S'abonner

La France a renoué avec les forces armées maliennes, un mois après avoir suspendu sa collaboration militaire avec elles. Pour l’ancien ambassadeur de France au Mali, Nicolas Normand, cette décision n’a rien de surprenant et s’inscrit dans la politique contre les djihadistes menée par Emmanuel Macron au Sahel, lutte qui pourrait durer des décennies.

Paris et Bamako rabibochés? Un mois après la suspension de la collaboration militaire française avec le Mali en réaction au deuxième coup d’État dans le pays, Paris annonce le rétablissement de ses opérations conjointes avec les FAMa.

Un revirement? «Le rétablissement de la normalité»

Une décision qui survient alors qu’Emmanuel Macron avait laissé entendre suite au renversement du gouvernement malien de transition qu’il ne resterait pas «aux côtés d’un pays où il n’y a plus de légitimité démocratique». Le 10 juin, le locataire de l’Élysée actait la fin de l’opération Barkhane. Cette annonce, sur fond de coup de sang présidentiel, fut particulièrement mal accueillie en Afrique, bien au-delà des seuls États de la bande sahélo-saharienne. Face aux crispations de ses partenaires africains, le Président de la République a-t-il décidé de faire volte-face?

«Ce n’est pas du tout un retournement, c’est le rétablissement de la normalité», réfute au micro de Sputnik Nicolas Normand, ancien ambassadeur de France au Mali. «Il s’agissait d’une suspension», insiste-t-il, concernant la nécessité pour les deux pays de «mettre fin à l’incertitude» sur la présence de soldats tricolores sur le sol malien.

«Les forces militaires françaises ne peuvent pas rester au Mali sans coopérer avec l’armée malienne, sinon elles n’auraient pas de statut. Elles ne peuvent exister dans un pays souverain que si celui-ci leur permet d’exister et fixe les règles», développe Nicolas Normand. «Ces règles, c’est cette coopération.»

Quant à un «coup de pression» de Paris sur Bamako, notre intervenant réfute également l’expression, rappelant que ce même colonel Assimi Goïta était déjà à l’origine de la chute du président Ibrahim Boubacar Keïta, dit «IBK», le 18 août 2020. «Il y a eu un coup d’État à Bamako que tout le monde a déploré, le Président Macron particulièrement», insiste le chercheur associé à l’IRIS. «Cela supposait de reprendre un contact et de rediscuter de la situation.»

«Je trouve que le Président Macron a eu absolument raison de faire un geste significatif pour marquer un certain mécontentement devant un deuxième coup d’État totalement inutile et absolument injustifié.»

Nicolas Normand évoque ainsi des «discussions en haut lieu» afin de «clarifier les conditions de la coopération bilatérale» entre forces françaises et maliennes. L’une d’elles concerne le dialogue que souhaitait ouvrir Bamako avec certains groupes armés, dont le chef touareg Iyad Ag Ghali. Fondateur du mouvement populaire pour la libération de l’Azawad, qui avait déclenché la rébellion indépendantiste contre le sud du pays et sa capitale Bamako, il a depuis le durcissement du conflit prêté allégeance à Al-Qaïda*.

Absolument hors de question de négocier pour Paris, dont l’approche sur ce point reste inchangée depuis sept ans. Tous les groupes armés opposés à Bamako sont étiquetés terroristes, plus précisément «djihadistes» et la tête de leurs chefs est mise à prix.

«Cette clarification était nécessaire», se satisfait l’ancien diplomate, «je pense qu’elle est intervenue facilement en réalité». Celui-ci insiste sur le fait que les soldats français ne se battront pas aux côtés des forces maliennes si elles font alliance avec des groupes armés.

«Il n’est pas d’actualité de discuter avec Iyad Ag Ghali, car dans les circonstances actuelles cela reviendrait à capituler puisqu’il demande le retrait des forces étrangères», confirme l’ancien ambassadeur, évoquant un retrait du Mali exigé tant des forces de Barkhane, du G5-Sahel que de la Minusma (Onu). «Cela serait retirer tout adversaire militaire à Iyad Ag Ghali et lui permettre d’occuper le terrain et de remporter une victoire dans cette guerre que les djihadistes mènent contre les autorités maliennes», soutient Nicolas Normand.

Pour lui, les «racines du mal» qu’il faut traiter demeurent l’absence de perspectives économiques et sociales pour les jeunes ainsi que l’absence de l’État dans certaines régions du pays. Aux yeux de Nicolas Normand, les forces françaises, et à présent européennes, doivent permettre aux pays du Sahel confrontés à ces guerres intestines de tenir le temps de mettre en place les réformes nécessaires.

La France au Mali pour les décennies à venir?

S’arc-bouter sur Iyad Ag Ghali et le mettre dans le même sac que les djihadistes de Daech*, là serait l’une des erreurs fondamentales de la France, comme nous expliquai, le colonel Jacques Hogard. «Il n’est à la base ni anti-français, ni pour la création d'un État islamique dans la région […] c’est un notable touareg qui a saisi l’opportunité que lui donnait l’habillage de l’Islam», soulignait ce gradé de la Légion étrangère, regrettant l’absence de stratégie des responsables parisiens, à ses yeux déconnectés des réalités du terrain.

Une absence qui contrebalance les succès tactiques des soldats français sur place. Des coups d’éclat, dont l’impact semble de plus en plus limité sur la stabilisation de la région, témoignent de la hausse constante des attaques contre les populations, jusqu’à proximité des bases françaises.

Ceux-ci pourraient d’ailleurs rester bien plus longtemps que prévu. Si les déclarations d’Emmanuel Macron sur la «refonte» de la présence française au Sahel laissent entrevoir une diminution du nombre de soldats, la guerre contre le djihadisme a de beaux jours devant elle. L’opération Barkhane, un «bourbier» pour l’armée française, encore un abus de langage estime l’ancien diplomate.

«Ce qui est connu et reconnu, c’est le fait que c’est un engagement de longue durée. Cela peut durer des décennies. Le général Lecointre l’a dit récemment: on ne peut pas gagner la guerre contre les djihadistes, il faut éviter de la perdre», insiste Nicolas Normand.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Quatre personnes blessées par balles à Berlin, une opération policière en cours, selon les médias locaux
Les nombres de décès quotidiens dus au Covid et de malades en réanimation grimpent en France
La police allemande patrouille à La Rochelle aux côtés de la gendarmerie – photo
Tags:
Mali, Emmanuel Macron, opération Barkhane
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook