International
URL courte
Par
161758
S'abonner

Le retrait des troupes américaines d’Afghanistan est loin d’être «coordonné», malgré les promesses de Washington. Ainsi leur base aérienne de Bagram a été abandonnée si rapidement qu’elle a été envahie tout de suite par des pillards avant que les forces de sécurité afghanes n’interviennent.

Après près de 20 ans de présence, les Américains ont quitté dans la nuit du vendredi 2 juillet l'aérodrome de Bagram, leur plus grande base aérienne en Afghanistan, en coupant l'électricité et sans en informer le nouveau commandant afghan. Ce dernier l’a appris plus de deux heures après, écrit Associated Press, se référant à des responsables militaires afghans.

«Nous avons entendu une rumeur selon laquelle les Américains avaient quitté Bagram […] et finalement à sept heures du matin, cela a été confirmé», a déclaré au média le général Mir Asadullah Kohistani, ledit commandant.

Avant que l'armée afghane ne puisse prendre le contrôle de l'aérodrome, situé à environ une heure de route de Kaboul, il a été envahi par une petite troupe de pillards qui ont saccagé caserne après caserne et ont fouillé dans des tentes de stockage géantes, précise Associated Presse.

«Au début, nous pensions qu'il s'agissait peut-être de talibans*», raconte Abdul Raouf, lequel ajoute que les Américains ont finalement appelé pour dire «nous sommes ici à l'aéroport de Kaboul».

D’après M.Kohistani, ils ont laissé 3,5 millions d'objets y compris des dizaines de milliers de bouteilles d'eau, de boissons énergisantes et de plats préparés.

«En une nuit, ils ont perdu toute la bonne volonté de 20 ans en partant comme ils l'ont fait, dans la nuit, sans prévenir les soldats afghans qui patrouillaient à l'extérieur de la zone», se plaint l’un de ceux-ci.

Un retrait coordonné?

Cependant, cité par le média, le porte-parole des forces américaines en Afghanistan, le colonel Sonny Leggett, a assuré que les transferts de bases et d'installations de la mission Resolute Support, y compris l'aérodrome de Bagram, ont été «étroitement coordonnés, à la fois avec les hauts dirigeants du gouvernement» et avec des partenaires afghans des forces de sécurité, incluant la direction des unités locales respectives de chaque base».

En mai, le chef d'état-major interarmées des forces armées américaines, Mark Milley, a également promis «un retrait responsable, coordonné et délibéré».

Le secrétaire à la Défense Lloyd J.Austin a souligné que les forces américaines resteraient partenaires du gouvernement afghan et que grâce à ce soutien continu, «les forces de sécurité afghanes pourront être efficaces».

L'avancée des talibans*

À en juger par la fuite des forces de sécurité afghanes, ces dernières se sentent abandonnées face à l'avancée des talibans*. Selon le service des gardes-frontières tadjik, 1.037 militaires afghans se sont enfuis avec l'autorisation du Tadjikistan deux jours après que les États-Unis ont officiellement quitté leur principale base.

Les talibans* ont pris le contrôle de six districts importants dans la province septentrionale de Badakhshan, frontalière du Tadjikistan et de la Chine, selon Reuters.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Cartouche reçue par courrier: la maire d’une commune des Landes réagit 
Un policier a mortellement neutralisé un automobiliste à Marseille
«Une menace pour la démocratie»: Emmanuel Macron s’insurge contre les anti-pass sanitaire
Tags:
États-Unis, Afghanistan, Taliban, talibans, base aérienne de Bagram
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook