International
URL courte
Par
4712
S'abonner

Actuellement entre la vie et la mort, le journaliste néerlandais Peter R. de Vries a été grièvement blessé par balles à Amsterdam, le 6 juillet au soir. Patrick Kamenka, représentant du syndicat national des journalistes (SNJ-CGT), y voit le signe «grave» d’une tendance inquiétante qui se développe dans des pays en paix.

Le 6 juillet, le chroniqueur judiciaire néerlandais Peter R. de Vries a été blessé par balles en plein centre d’Amsterdam, à la sortie d’un studio d’enregistrement.

Le soir même, trois suspects ont étés arrêtés lors de la course poursuite qui a suivi la fusillade, dont le motif reste encore inconnu. Mais le journaliste néerlandais spécialisé dans les affaires criminelles avait déjà fait l’objet de plusieurs menaces de mort liées à son activité professionnelle.

Patrick Kamenka, représentant du Syndicat national des journalistes (SNJ-CGT) et ancien journaliste de l’AFP, «condamne fermement» cette attaque au micro de Sputnik.

«On n’est pas sur un terrain de guerre, en Irak ou au Yémen. Les agressions contre les journalistes en Europe, c’est grave.»

Dans son rapport annuel publié fin 2020, l’ONG Reporters sans Frontière (RSF) a dénombré 387 journalistes détenus dans le monde. D’après RSF, le bilan des journalistes tués ces dix dernières années se monte à 937 personnes.

Sputnik. S’agit-il d’une agression isolée ou peut-on parler d’une tendance?

Patrick Kamenka. «Malheureusement, on a désormais peur et pas seulement sur les théâtres de guerre. La situation s’aggrave, cette agression s’inscrit dans une série d’attaques contre des journalistes: le Slovaque Jan Kuciak, en 2018, et notre collègue à Malte, Daphné Caruana Galizia [qui enquêtait sur la corruption au plus haut niveau, ndlr]. C’était lié aux structures mafieuses proches des pouvoirs dans les deux pays incriminés.

L’année dernière, 65 journalistes ont été tués dans le monde. Dix-sept de plus qu’en 2019. Le Mexique détient un triste “record du monde” dans le domaine, avec les règlements de comptes entre clans mafieux liés au trafic de la drogue. L’Afghanistan et le Pakistan, la Syrie et le Yémen restent en haut de cette liste.»

Sputnik. On se rappelle qu’en 2015, huit journalistes de Charlie Hebdo ont été tués. A-t-on des moyens de protéger les journalistes?

Patrick Kamenka. «La France n’est pas épargnée par les attentats. Heureusement, en France, on n’a pas de prisonniers politiques, mais on a des lois liberticides très fortes. Citons la Loi de sécurité globale, qui a provoqué de grandes manifestations des syndicats de journalistes. Et également “l’affaire” Bolloré, qui va prendre possession de la radio Europe 1. Ça a provoqué des tensions et des grèves de soutien des syndicats de journalistes, notamment le nôtre.»

Sputnik. Ce genre de lois est-il un danger pour le journalisme?

Patrick Kamenka. «On peut s’inquiéter des dérives sur les contenus, avec une concentration de plus en plus forte: une dizaine des milliardaires possède la plupart des médias en France. Ce qui a une incidence sur la qualité de l’information, sur le travail des journalistes, sur la précarisation.

C’est pour cela que notre syndicat préconise une véritable loi contre la concentration, pour rendre les journalistes dans les rédactions indépendants des propriétaires de médias. Qu’il y ait un cadre juridique pour garantir aux journalistes la liberté face aux actionnaires des grands groupes.»

Sputnik. Justement, ces milliardaires et ces grands groupes, n’ont-ils pas les moyens de protéger leurs journalistes?

Patrick Kamenka. «En principe, ça serait une bonne chose, mais ce n’est pas ce que l’on constate dans la réalité. Les propriétaires des grands groupes, comme celui de Bolloré, pratiquent le moins-disant social. On réduit le nombre des journalistes.

On arrive même à faire les journaux sans journalistes: le groupe Reworld Media qui a pris la suite du groupe italien Mondadori fait des journaux sans journalistes. C’est pour cela que nos collègues de Science & Vie ont quitté ce groupe pour créer leur propre structure, un journal indépendant.

Le problème est que ces grands patrons, milliardaires très liés au pouvoir économique et politique, amènent la confusion sur les contenus. Par exemple, Bolloré avec sa télévision CNews, a une inclinaison politique ultra-droitière, proche des thèses du Rassemblement national. C’est grave pour la liberté et le pluralisme de l’information.»

Sputnik. Ainsi, les journalistes veulent quitter Europe 1 pour ne pas être «pris en otage» par une vision de l’information non conforme à la leur?

Patrick Kamenka. «Avec la montée des thèses nationalistes, on peut craindre pour la liberté de l’information. La réduction des crédits pour le service public de radio et de télévision fait craindre que les conditions de travail, les conditions de la liberté d’expression ne s’amenuisent en Europe.

Notre Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) appelle les journalistes à prendre des précautions, à devenir membres de syndicats pour pouvoir mieux se défendre dans leurs pays respectifs.»

Sputnik. Comment peut-on concrètement protéger la vie des journalistes?

Patrick Kamenka. «La FIJ a lancé l’idée d’une Convention internationale pour la protection des journalistes, qui devrait être examinée par l’Assemblée générale de l’Onu.»

Lire aussi:

Le Conseil constitutionnel valide l'extension du pass sanitaire mais censure l'isolement obligatoire
Un ministre assure que l’État prendra en compte les «remarques» du Conseil constitutionnel, pourtant obligatoires
Le fils du chah d'Iran exhorte l'Occident à donner le coup de grâce à la République islamique
Tags:
journalisme, Fédération européenne des journalistes, médias français, liberté de la presse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook