International
URL courte
Par
242160
S'abonner

Alors que les Présidents russe et américain tentent de renouer le dialogue, notamment sur la cybercriminalité, l’ancien secrétaire d’État des États-Unis Mike Pompeo paraît sceptique quant à la posture de Joe Biden face à Vladimir Poutine sur cette question. Selon lui, le dirigeant russe voit «la faiblesse» de son homologue américain.

Deux jours après l’entretien téléphonique entre Vladimir Poutine et Joe Biden portant, entre autres, sur la cybersécurité, l’ancien secrétaire d’État des États-Unis sous Donald Trump, Mike Pompeo, a jugé ce 11 juillet que le Président russe voyait «la faiblesse» de son homologue américain.

«J’ai écouté le Président Biden parler et je suis convaincu que Vladimir Poutine, ancien agent du KGB, voit sa faiblesse. Il voit un Président qui lui a dit ˝Écoutez, voilà 16 objets auxquels vous ne pouvez pas toucher˝, en laissant des milliers de choses qu’il peut potentiellement [toucher]», a déclaré Mike Pompeo en duplex avec Fox News.

Il a par ailleurs répondu à un journaliste de la chaîne lui demandant si, vu les récentes cyberattaques perpétrées, selon Washington, depuis la Russie, les États-Unis devaient développer des «capacités pour riposter».

«Il n’est pas difficile pour nous de répondre de la même manière. Cela n’exige pas de mobilisation massive de troupes», a estimé l’ancien secrétaire d’État.

Les cyberattaques à l’ordre du jour de l’entretien Poutine-Biden

Cette conversation téléphonique entre les deux dirigeants, la première depuis le sommet qui s’est tenu à Genève le 16 juin, a eu lieu vendredi 9 juillet. D’après un communiqué de la Maison-Blanche, lors de cet entretien, Joe Biden a abordé le sujet «des attaques par rançongiciel continues par des criminels opérant depuis la Russie qui ont eu un impact sur les États-Unis ainsi que sur d'autres pays du monde». Le Président américain a par ailleurs prévenu que Washigton prendrait «toutes les mesures nécessaires afin de défendre sa population et ses infrastructures essentielles face à ce défi permanent», est-il précisé.

Vladimir Poutine a, quant à lui, fait remarquer que malgré le contexte des récents rapports faisant état d'une série de cyberattaques qui auraient été menées depuis la Russie, Moscou n’a reçu «aucune demande» à ce sujet de la part des départements américains compétents au cours du mois qui vient de s’écouler, assure une note de la présidence russe.

«Compte tenu de l'ampleur et de la gravité des défis dans ce domaine, l'interaction entre la Russie et les États-Unis doit avoir un caractère constant, professionnel et non politisé», précise le communiqué du Kremlin qui souligne également la nécessité du travail commun, «via des canaux spécialisés d'échange de données entre les agences gouvernementales chargées» de ces questions.

Lire aussi:

L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Un système de DCA russe détruit l’ensemble des missiles israéliens ayant visé une ville syrienne
Tags:
cyberespace, Vladimir Poutine, Joe Biden, Mike Pompeo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook