International
URL courte
Par
341736
S'abonner

La stratégie nucléaire strictement défensive adoptée par Pékin ne s’oriente pas vers une nouvelle course aux armements. Une approche radicalement opposée à l’agressivité américaine. Selon Édouard Valensi, auteur de «Stratégie nucléaire de la Chine: armes et doctrine», l’arsenal nucléaire chinois est comparable à l’arsenal français.

Destinés à des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), 119 silos sont en cours de construction dans un désert du nord-ouest de la Chine. Les révélations d’un article du Washington Post ont affolé Washington. Robert Wood, l'ambassadeur américain à la Conférence de Genève sur le désarmement, a jugé le 8 juillet la nouvelle «très préoccupante». Ce pays, a ajouté le diplomate américain, prétend être «une puissance nucléaire responsable» et que son «très, très petit [arsenal] n'a qu'un but défensif»: or ce que la Chine fait serait «en contradiction avec ce qu'elle dit».

Or, tandis que les États-Unis détiendraient à eux seuls plus de 3.800 têtes, la force nucléaire de l’empire du Milieu n’était estimée en 2020 qu’à 200 armes, soit l’équivalent de l’arsenal français, évalué à moins de 300 têtes. Pour une raison simple: depuis les années 1960, Pékin a adopté une stratégie nucléaire strictement défensive. «Les États-Unis ne peuvent pas croire à la sincérité de ces assurances qui s’opposent en tout à leur propre doctrine», explique Édouard Valensi, expert français des questions nucléaires, auteur de Stratégie nucléaire de la Chine: armes et doctrine (Éd. L’Harmattan). Celui-ci appelle d’ailleurs à «ne pas s’alarmer d’une information qui reste à confirmer».

Le premier coup ne sera pas chinois

Si les révélations américaines s’avéraient exactes, notre interlocuteur s’interroge sur la finalité et sur le type de missile équipant ces silos. Il estime que «les forces chinoises sont suffisantes». Si la diplomatie chinoise n’a pas réagi, le Global Times s’en est chargé. Sans démentir la présence de ces silos éventuellement destinés aux missiles Dong Feng-41, le quotidien chinois anglophone perçoit derrière les allégations américaines la volonté de présenter une nouvelle fois la Chine comme l’agresseur. La démarche consiste à placer Pékin sur la défensive pour l’obliger à se dévoiler. Prêcher le faux pour savoir le vrai, en somme.

Fréquemment questionné à ce propos, l'Empire du Milieu rétorque que son arsenal est sans commune mesure ceux des États-Unis et de la Russie. Pékin consent à mener des dialogues bilatéraux sur la sécurité stratégique, «sur la base de l’égalité et du respect mutuel».

En parallèle à la modernisation tous azimuts de son armée de l’air et de sa marine, la Chine a bien renforcé son équipement nucléaire depuis 2017. En 2020, le Pentagone estimait que la Chine semblait vouloir doubler le nombre de ses têtes nucléaires. Mais, selon notre intervenant, cet arsenal a avant tout une «finalité strictement dissuasive» de la Chine, stratégie confirmée dans le Livre blanc chinois sur la Défense publié en 2019.

Pour l’heure, l’arsenal chinois repose essentiellement sur deux types de missiles:

«Des armes tactiques, les missiles DF-26 de moyenne portée, tueurs de porte-avions. Leurs têtes nucléaires, manœuvrables, guidées depuis l’espace, peuvent frapper les navires de la Septième flotte des États-Unis. Puis des missiles stratégiques, les DF-41 à présent à têtes multiples, capables d’atteindre et de détruire les métropoles américaines. Ils ne sont là qu’en garantie arrière et leur vocation est de ne pas servir.»

Répondant à des exercices militaires américains en mer de Chine du Sud, la Rocket Force de l’armée populaire de libération (l’armée chinoise) lançait en août 2020 deux missiles balistiques, dont le DF-26B, dans la même mer. Un message clair à Washington: la Chine veut être prise au sérieux.

Chose étrange, la stratégie nucléaire de l’empire du Milieu se rapprocherait de la doctrine nucléaire française, selon Édouard Valensi. Tant par sa quantité d’ogives que par son usage: une politique de non-recours en premier. En résumé, le premier coup ne sera pas chinois. «Les armes stratégiques sont là pour ne pas servir et seulement dissuader, les armes tactiques ou préstratégiques sont les seules à pouvoir être lancées», précise l’auteur.

Vers la réunification avec Taïwan?

Si la disproportion du nombre de têtes nucléaires entre la Chine et les États-Unis est criante, elle n’aurait guère d’incidence en termes de dissuasion nucléaire. En revanche, la dissymétrie de portée stratégique s'avérerait essentielle. Alors que les sous-marins nucléaires américains peuvent croiser au large des côtes chinoises, Édouard Valensi estime que la Chine ne pourra disposer d’une composante maritime nucléaire majeure qu’à partir de 2035. Il s’agirait notamment d’un sous-marin de type 096 muni de missiles JL-3 de 12.000 km de portée. Un impératif stratégique, puisque une «agression perpétrée par des forces maritimes conduites par les États-Unis en mer de Chine méridionale» semble être la plus grande menace pesant sur la Chine à l’heure actuelle.

Washington pourrait notamment s’appuyer sur l’île de Guam, en plein Pacifique, pour lancer une attaque aérienne d’envergure sur l’empire du Milieu. Les avions chinois ne pourraient pas compter sur une telle tête de pont pour riposter contre les États-Unis. Et, là, ça change beaucoup de choses…

Dans l’immédiat, les tensions demeurent restent circonscrites autour de Taïwan. Alors que Washington ne cesse de réaffirmer son soutien militaire et diplomatique à l’île considérée comme dissidente par Pékin, le régime continental accroît ses pressions en vue d’une annexion. À l’occasion du centenaire de sa formation politique, ce 1er juillet,  Xi Jinping a lancé: «Résoudre le problème de Taïwan et réaliser la réunification complète de la patrie sont la mission historique et immuable du Parti communiste chinois.» Un projet inéluctable selon Édouard Valensi:

«Quelques îlots en mer de Chine ou l’indépendance de Taïwan peuvent-ils justifier de risquer la vie de millions d’Américains [si le Président américain s’obstinait]? La partie est perdue avant même d’être jouée.»

Car, désormais, la Chine a plus d’un atout dans ses silos.

Lire aussi:

Pass sanitaire: des sanctions «totalement disproportionnées» pour les récalcitrants?
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Tags:
Taiwan, Xi Jinping, silo à missiles, menace nucléaire, missile, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook