International
URL courte
Par
7373
S'abonner

L’organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) utilise désormais aussi la langue russe pour le travail, a fait savoir le ministère russe de l’Agriculture ce 12 juillet. Cela devra faciliter l’échange d’expertise au sein de l’OIV, estime le ministre pointant «le rôle croissant de la Russie dans les principales régions viticoles».

La langue russe a été incluse dans la liste des langues officielles de l'organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), selon le service de presse du ministère russe de l’Agriculture.

«Cette décision montre le rôle croissant de la Russie dans les principales régions viticoles. Il contribuera à la promotion du vin russe à l'étranger, à l'instauration du statut de notre pays comme l’un des principaux acteurs du marché mondial et à la poursuite de la coopération internationale dans le domaine de la viticulture», a indiqué le ministre de l'Agriculture Dmitriï Patrouchev dans un communiqué de presse.

Jusque-là, au sein de l’OIV, qui réunit 48 pays-membres, ont été utilisées les langues anglaise, espagnole, italienne, allemande et française.

En outre, cette solution permettra de simplifier le travail des spécialistes russes au sein de cette organisation et d'utiliser dans la pratique nationale l'expérience internationale de la réglementation du secteur, estime le ministre.

«La communauté russophone aura ainsi la possibilité de mieux appréhender et faire siennes les pratiques et normes internationales adoptées par l’organisation visant à améliorer les conditions d’élaboration et de commercialisation des produits vitivinicoles», indique l’organisation sur son site.

La Russie devra désormais s’occuper des traductions des documents et recommandations de l’organisation en langue russe.

«Dans le cadre de l'accord conclu avec l’OIV, la Russie assumera les coûts financiers de la mise en œuvre de cette nouvelle langue sur une période de trois ans. Cela doit permettre rapidement de faire les traductions de toutes les recommandations existant à l’OIV et d'autres documents principaux de l'organisation», a relaté à Sputnik l'Union russe des vignerons.

L'Union a remercié le ministère russe, qui représente la Russie dans l'organisation, «pour les années d'efforts et de négociations qui ont rendu la décision actuelle réelle».

«De mon point de vue, la justice historique a triomphé: la langue russe, qui il y a 30 ans était l’une des langues de travail de l’OIV, est revenue, et maintenant est devenue sa sixième langue officielle», se réjouit le président de l'Union Léonid Popovitch.

La nouvelle loi russe concernant le domaine

Pour rappel, une nouvelle loi russe sur la viticulture et viniculture a été adoptée en 2020. Elle a pour but de donner un coup de souffle au développement pour les vignerons du pays. La loi devrait également assurer la production de produits nationaux de qualité et protéger la population contre la contrefaçon.

La viticulture en Russie, en vertu de la nouvelle loi, est devenue une industrie autonome qui est désormais réglementée séparément, car jusque-là les viticulteurs devaient jouer avec les règles fixées pour les producteurs de spiritueux.

Conformément à la nouvelle réglementation, le vin russe devait être produit à 100% à partir de raisins cultivés sur le sol national.

Cette loi prévoit une période de transition de trois ans. Sur ce temps, la Russie reconnaîtra également le vin dans lequel sont ajoutés, dans les limites légales, des moûts concentrés importés.

Lire aussi:

«État Mafia»: des manifestants anti-pass s’en prennent à un pharmacien à Montpellier - vidéos
Un policier ouvre le feu pour protéger ses collègues d’une voiture-bélier
L’intrusion de gens du voyage met ce club du foot français dans une «situation catastrophique» - photos
Tags:
diplomatie, Russie, viticulture, vin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook