International
URL courte
Par
181378
S'abonner

En dépit de la version officielle selon laquelle John Kennedy a été tué par Lee Harvey Oswald uniquement, le réalisateur américain Olivier Stone, ayant fait deux films sur ce sujet, l’un d’eux venant d’être présenté au Festival de Cannes, estime que ce meurtre aurait été orchestré par la CIA.

Oliver Stone, l’auteur du film JFK consacré à l’enquête sur l’assassinat de Kennedy, est revenu sur ce sujet dans un documentaire présenté le 12 juillet au Festival de Cannes, histoire revisitée suite à la déclassification de millions de documents.

Dans une interview accordée au Figaro, le cinéaste partage l’une des versions non officielles qui fleurissent compte tenu des diverses incohérences et zones d’ombre dans cette affaire. Parmi celles-ci figure l’implication présumée de la CIA dans le meurtre du 35e Président américain. Ce alors que la commission Warren a désigné Lee Harvey Oswald, ancien membre du Corps des Marines, comme le principal suspect.

D’éventuelles preuves

En effet, dans les années 1960, l’Agence centrale de renseignement (CIA) travaillait sur l’élimination de politiciens à l’étranger. Ce fut le cas de Patrice Lumumba, Premier ministre de la République démocratique du Congo en 1961, et plusieurs tentatives d’assassinat de Fidel Castro, dirigeant de Cuba, dont les preuves ont été établies lors d’une enquête menée par le sénateur américain Frank Church.

Certains documents déclassifiés évoquent également la collaboration de la CIA avec la mafia pour éliminer le leader cubain.

Enfin, Howard Hunt, agent de la CIA, a affirmé dans son autobiographie parue en 2007 que le meurtre avait été commandité par le vice-Président américain de l’époque, Lyndon Johnson, alors que l’opération elle-même avait été organisée par des agents de la CIA.

Sur son lit de mort, Howard Hunt a révélé les noms des principaux acteurs du crime à son fils, lequel les a ensuite transmis au magazine Rolling Stone. Parmi ceux-ci, on trouve également un certain «tireur français sur une colline d’herbe ressemblant à un [individu, ndlr] originaire de Corse, tueur à gages et trafiquant de drogue Lucien Sarti», a supposé le magazine.

«Qui est Lee Harvey Oswald? Pourquoi la mafia? Que vient faire Jack Ruby [qui a abattu Oswald deux jours après son arrestation, ndlr] dans cette affaire? Ce sont de fausses pistes. Lorsque vous voulez monter une "opération spéciale", c'est toujours mieux d'entretenir la confusion», a déclaré le réalisateur américain, Oliver Stone, au quotidien français à propos des multiples versions et rumeurs.

«Pour moi, il est évident que la CIA a monté cette "black op" [opération secrète, ndlr]», poursuit-il en suggérant que «peut-être que le patron de la CIA Allen Dulles a lui-même fait le coup».

Dans l’intérêt d’Allen Dulles

Selon le cinéaste qui manifeste son «acharnement» pour comprendre cette tragédie, l’assassinat de Kennedy présentait des avantages pour Allen Dulles qui «avait les ressources nécessaires pour parvenir à ses fins». Ce alors que Kennedy croyait pouvoir briser l'influence qu'avait la CIA à l'époque».

Le réalisateur a aussi raconté avoir été mis en relation avec Fletcher Prouty, le chef des opérations spéciales du comité des chefs d’état-major interarmées, sous la présidence de Kennedy, devenu par la suite l’un des personnages de son film JFK de 1991 qui présente une reconstitution des faits. Selon lui, les témoignages de Fletcher Prouty sont crédibles vu qu’il était officier d'approvisionnement militaire pour la CIA depuis la Seconde Guerre mondiale.

«Il savait ce que faisait la CIA, ce qu'ils appelaient les "black ops" dans les pays étrangers» et «il connaissait son affaire, et Allen Dulles, le patron de la CIA», a indiqué Oliver Stone dont le documentaire JFK Revisited: Through the Looking Glass - basé sur le livre Destiny Betrayed: JFK, Cuba, and the Garrison Case de 1992 de James DiEugenio et sur des éléments de documents déclassifiés - a vu le jour 58 ans après le drame.

«Il faut réaliser l'importance de la guerre froide dans cet assassinat. C'est la raison majeure pour laquelle Kennedy a été tué», a-t-il déclaré au Figaro faisant ainsi allusion à la crise des missiles de Cuba survenue une année avant la tragédie.

En 2013, Fidel Castro a remis en cause la version officielle. Après avoir étudié des documents relatifs à l’enquête, il a dit avoir appris que Lee Harvey Oswald s’était rendu à Cuba peu avant les faits. «Je ne peux pas porter des accusations, c’est leur affaire, mais il est question d’un plan d’associer Cuba à l’assassinat de Kennedy».

Lire aussi:

«État Mafia»: des manifestants anti-pass s’en prennent à un pharmacien à Montpellier - vidéos
Le pass sanitaire désormais obligatoire pour la pratique du football
L’intrusion de gens du voyage met ce club du foot français dans une «situation catastrophique» - photos
Tags:
Fidel Castro, Cuba, CIA, meurtre, John Kennedy
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook