International
URL courte
Par
1216
S'abonner

Les pressions internationales pour forcer les responsables politiques libanais à former un gouvernement se sont soldées par des échecs. L’instauration d’une task force sous l’égide de l’Onu pour diriger le pays est-elle alors envisageable? C’est en tout cas une solution pour Karim el-Mufti, chercheur en science politique et spécialiste du Liban.

Lundi 12 juillet, Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, a annoncé, à la sortie d’une réunion avec ses homologues de l’UE, l’application de sanctions européennes avant la fin du mois à l’encontre de certains responsables politiques libanais, sans donner plus de précisions. 

Une énième tentative de forcer ces derniers à se mettre d’accord sur la composition d’un nouveau gouvernement. La mise en place d’un gouvernement au Liban est la condition sine qua non pour que la communauté internationale (Onu, FMI et Banque mondiale, pays parrains du Liban, dont la France et les États-Unis) aide financièrement le Liban.

Mais pour le moment, comme l’analyse Karim el-Mufti, professeur à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, l’attentisme politique reste de mise au Liban. Une passivité qui conduit la situation déjà catastrophique à se dégrader toujours plus. En effet, la population libanaise, dont 55% vit sous le seuil de pauvreté, vient à manquer de produits les plus essentiels (nourriture, médicaments, essence…), et les drames se multiplient. Ce samedi 10 juillet, un bébé de 10 mois serait mort dans un hôpital au sud de la capitale, «faute de soins et de médicaments», selon sa famille.

Alors, la solution sera-t-elle de mettre le Liban sous tutelle?

À la suite d’une enquête de terrain, une mission parlementaire sur la politique de la France au Moyen-Orient a publié un rapport ce 6 juillet, prônant l’instauration d’une task force internationale dans la capitale libanaise afin de mettre en place les réformes nécessaires. Une telle équipe internationale devrait permettre de diminuer la corruption, notamment sur les aides humanitaires, et aura la charge d’organiser et de conduire les trois prochaines échéances électorales en 2022.

Selon Karim el-Mufti, chercheur en science politique, cette proposition d’une task force est une pression supplémentaire exercée sur les responsables politiques du Liban et sa mise en place pourrait bien éviter le chaos. Cette nouvelle idée rejoint la résurgence du Conseil de tutelle de l’Onu, dormant depuis 1994, que notre interlocuteur avait envisagée dès le lendemain de l’explosion d’une partie du port de Beyrouth le 4 août dernier. Un organe qui était chargé d’administrer les territoires placés sous la tutelle des Nations unies.

Plus d’informations dans ce nouvel entretien de Lignes Rouges avec Karim el-Mufti.

Lire aussi:

La 4e vague se fait déjà sentir à l'hôpital, selon le «Monsieur vaccin»
L’UE s’insurge auprès de l’OMC concernant la politique russe de substitution des importations
Le chef des urgences de l'hôpital Pompidou à Paris, Philippe Juvin, dans la course à la présidentielle
Tags:
ONU, Arabie Saoudite, Hezbollah, Iran, France, États-Unis, Liban
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook