Des millions de syriens suspendus à l’aide humanitaire et aux rivalités territoriales
© Sputnik . Louis Doutrebente & Thomas Martin

La Syrie peine à se relever d’une décennie de conflit. Dans les régions loyalistes comme dans les zones rebelles, les civils manquent de tout. Fragile, la situation humanitaire dépend de plusieurs points de passage. Analyse en carte.

Ce 9 juillet, le Conseil de sécurité de l’Onu a voté le renouvellement, pour une période minimale de six mois, de l’accès au poste frontalier turco-syrien de Bab al-Hawa. Situé dans la région d’Idlib, il est indispensable pour acheminer l’aide humanitaire de l’Onu. Ouvert depuis 2014, le poste a été traversé par plus de 40.000 camions sous drapeau onusien. À l’heure actuelle, il est le seul utilisé par les convois de l’organisation internationale. Les autres, Ramta via la Jordanie, Bab al-Salam via la Turquie et el-Yarabiya via l’Irak, restent quant à eux fermés.

Près de 4 millions de Syriens vivant dans les régions nord contrôlées par des forces anti-Assad dépendent de l’aide humanitaire internationale.

Or ils sont 6,3 millions de syriens à vivre dans les territoires contrôlés par el-Assad, à avoir aussi besoin de denrées de premières nécessités. À eux s’ajoutent les réfugiés vivant difficilement dans les pays voisins, en Turquie, au Liban, en Jordanie ou encore en Irak.

Une situation qui peut encore se dégrader avec une reprise des combats. En effet, Damas devrait chercher à moyen terme à reprendre l’ensemble du territoire national, et probablement dans un premier temps le contrôle de l’autoroute stratégique M4, dont un tronçon est encore aux mains des forces terroristes d’Idlib.

Lire aussi:

Néonazis en Ukraine: Moscou étonné par les propos de Jean-Yves Le Drian
Le nombre de cas quotidiens de Covid-19 en légère baisse en France
Messages de haine, boycotts, menaces: de plus en plus de professionnels harcelés à cause du pass sanitaire
Tags:
Turquie, Hayat Tahrir al-Cham, terrorisme, rebelles, États-Unis, ONU, convois humanitaires, crise humanitaire, aide humanitaire, Bachar el-Assad, Damas, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook

Plus d’infographies