International
URL courte
Par
4826
S'abonner

En un mois seulement, le service de messagerie appartenant à Facebook a bloqué plus de deux millions de comptes en Inde, qui constitue son plus grand marché avec plus de 500 millions d’utilisateurs.

WhatsApp a annoncé avoir bloqué plus de deux millions de comptes en Inde du 15 mai au 15 juin dernier pour violation des règles de l’utilisation du service de messagerie.

Selon ses déclarations, 95% des concernés par cette mesure ont été bloqués pour envoi massif de messages non sollicités, dans un pays qui constitue le plus grand marché WhatsApp avec plus de 500 millions d’utilisateurs.

Le service de messagerie souligne qu’il cherche à empêcher les comptes indiens d’envoyer des messages nuisibles ou indésirables à grande échelle. Le service appartenant à Facebook interdit au total environ huit millions de comptes dans le monde chaque mois grâce à une technologie d’apprentissage automatique.

Déboires indiens de WhatsApp

Malgré son énorme popularité dans le pays, WhatsApp connaît des déboires avec les autorités. Ainsi en mars dernier, la Commission indienne de la concurrence (CCI) a ordonné une enquête sur une mise à jour de sa politique de confidentialité, affirmant que le service de messagerie enfreignait les lois antitrust en vigueur en Inde.

Dans un communiqué, la CCI a accusé WhatsApp de «démarches d’exploitation et d’exclusion sous le couvert d’une mise à jour de la politique». Le service a en réponse assuré que ses nouvelles règles étaient avant tout censées aider les entreprises à mieux communiquer avec leurs clients via la plateforme.

WhatsApp vs Delhi

Fin mai, la messagerie a lancé une action en justice auprès de la Haute cour de Delhi pour empêcher l’Inde d’appliquer aux réseaux sociaux de nouvelles règles allant à l’encontre de ses garanties de confidentialité.

Le service s’oppose notamment à la demande de «traçabilité» formulée par le gouvernement indien, qui demande aux médias sociaux de fournir des détails sur le «premier auteur» des messages considérés comme portant atteinte à la souveraineté, à la sécurité de l’État ou à l’ordre public.

Lire aussi:

Un Gilet jaune interpellé pour avoir remplacé le portrait de Macron par un QR code
Grève des sapeurs-pompiers: «Nous préférons attendre d’avoir des certitudes sur les vaccins»
Didier Raoult propose de se mettre de la vaseline dans le nez pour contrer le Covid-19
Tags:
Facebook, Inde, spam, WhatsApp, réseaux sociaux, messagerie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook