International
URL courte
Par
4226133
S'abonner

Un renouvellement de 10 ans supplémentaires de l'accord entre la Russie et l'Ukraine sur le transit du gaz, ainsi que des sanctions contre la Russie si elle tente d'utiliser l'énergie comme arme contre l'Ukraine font partie de l’accord entre l'Allemagne et les États-Unis sur le gazoduc Nord Stream 2, selon Washington.

Un accord sur Nord Stream 2 a été trouvé entre l’Allemagne et les États-Unis, selon la vice-secrétaire d’État Victoria Nuland qui l’a fait savoir ce mercredi 21 juillet lors de son discours au comité des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis.

Selon ses dires, l'une des conditions de cet arrangement est de soutenir un renouvellement de 10 ans supplémentaires de l'accord entre la Russie et l'Ukraine sur le transit du gaz qui expire en 2024. D’après elle, les États-Unis et l'Allemagne planifient d’utiliser tous les moyens de pression pour prolonger cet accord.

En outre, elle a confirmé une clause qui avait déjà été relayée par Bloomberg sur des sanctions éventuelles contre la Russie. Victoria Nuland a expliqué que l’accord entre les deux pays prévoit des sanctions et d'autres mesures de riposte si la Russie tente d'utiliser l'énergie comme arme contre l'Ukraine.

Qui plus est, Victoria Nuland a souligné que l'accord, pour lequel plusieurs membres du Congrès ont commencé à critiquer l'administration du Président Joe Biden avant même sa publication, vise à «réduire la dépendance de l'Ukraine du gaz russe».

Elle a conclu sur le fait que d'autres détails de l'accord seront communiqués dans les prochaines heures.

Les États-Unis ont décidé de ne pas risquer leurs relations avec leur allié clé lors des discussions relatives au projet de gazoduc Nord Stream 2, selon les dires du porte-parole du département d'État, Ned Price.

«Toute personne raisonnable penserait que les sanctions n'arrêteront pas Nord Stream 2. L'administration américaine a donc décidé que, dans de telles circonstances, il ne fallait pas risquer de saper, de compliquer considérablement, nos relations bilatérales avec notre allié clé», a-t-il déclaré lors d'un point de presse commentant les accords sur le projet entre les deux pays.

Pour rappel, les sanctions en lien avec le gazoduc ont été enlevées en mai par le Président états-unien afin de donner le temps aux deux pays, l’Allemagne et les États-Unis, de négocier une solution.

Angela Merkel et Vladimir Poutine s’entretiennent sur Nord Stream 2

La chancelière allemande et le Président russe ont eu un entretien téléphonique portant sur Nord Stream 2, ainsi que sur l'application des accords de Minsk sur le règlement pacifique du conflit dans l'est de l'Ukraine, indique le service de presse du gouvernement allemand.

«Des questions énergétiques telles que le transit de gaz par l'Ukraine et le gazoduc Nord Stream 2 ont également été examinées», indique le communiqué.

Pour sa part, le Kremlin a informé que Poutine et Merkel avaient exprimé leur satisfaction à l'approche de l’achèvement de la construction de Nord Stream 2.

«Le Président russe a pointé l'engagement cohérent de la partie allemande pour la réalisation de ce projet, de nature éminemment commerciale et visant à renforcer la sécurité énergétique de l'Allemagne et de l'Union européenne», a indiqué le service de presse de Vladimir Poutine.

Les deux dirigeants ont abordé en plus la possibilité de renouveler le contrat de transit de gaz russe entre Moscou et Kiev après 2024.

Lors des discussions sur la crise interne de l’Ukraine, Vladimir Poutine a attiré l’attention de son interlocuteur «sur la loi sincèrement discriminatoire sur les peuples autochtones d'Ukraine», a ajouté le Kremlin.

Nord Stream 2

Le gazoduc, composé de deux conduites d'une capacité totale de 55 milliards de mètres cubes par an, relie la côte russe jusqu’à l'Allemagne en passant par le fond de la mer Baltique.

Le 10 juin, l’opérateur du gazoduc a annoncé que la construction de la partie maritime de la première conduite était achevée et qu’il s’occuperait maintenant de sa mise en service «en vue de remplir la conduite de gaz».

L’Ukraine et plusieurs pays européens s’opposent farouchement au projet, tout comme les États-Unis qui cherchent à vendre leur gaz naturel liquéfié (GNL) à l'Union européenne.

Lire aussi:

La Martinique de nouveau confinée
La vie du couple elle aussi affectée par la crise sanitaire et ses dérives
Pfizer explique comment augmenter la protection contre le variant Delta
Tags:
économie, gaz, États-Unis, Nord Stream 2, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook