International
URL courte
Par
Retour des talibans au pouvoir en Afghanistan, août 2021 (140)
1085
S'abonner

Alors des milliers d’Afghans ont été évacués de Kaboul par les États-Unis et leurs alliés, les talibans* continuent à encourage les spécialistes et intellectuels qui se trouvent toujours dans le pays à ne pas partir mais à les aider à reconstruire l’économie.

Les professionnels afghans doivent rester dans leur pays et l’aider à renforcer son potentiel d'investissement en plus de créer une «feuille de route» économique, estime les talibans*. Des centaines de spécialistes qualifiés se sont déjà exilés au cours de ces dernières semaines.

«Nous devons reconstruire l'économie afghane, et pour cela nous avons besoin de professionnels et d'experts. Ils doivent se réunir et élaborer une feuille de route pour la relance économique du pays», a déclaré le porte-parole du mouvement Zabihullah Mujahid dans une interview accordée lundi à Al Jazeera, ajoutant qu'il était «nécessaire de créer cette atmosphère pour attirer les investissements étrangers».

Il a souligné que le groupe islamiste ne «blâmera» ni n'imposera de sanctions aux individus et aux entreprises qui ont collaboré avec les forces de la coalition au cours des deux décennies dernières. La semaine passée, il a également appelé les Occidentaux à ne pas «encourager» les experts afghans comme les ingénieurs, les médecins et «l'élite instruite» à quitter le pays, lequel a besoin de leur expertise.

La fuite des cerveaux afghans

La question de l’exfiltration des experts afghans était l’une de celles qui a été portée à l’ordre du jour au sein du Conseil de sécurité de l’Onu ce lundi. La Russie s’est abstenue, aux côtés de la Chine, pendant le vote sur la résolution appelant les talibans* à permettre à ceux qui le souhaitent de quitter le pays.

Alors qu’elle a été adoptée par 13 pays, dont la France, le représentant permanent de la Russie à l'Onu, Vassili Nebenzia a expliqué que son pays s’abstenait parce que le document ne prenait pas en compte nombre de préoccupations de Moscou, notamment la nécessité de lutter contre Daech*, et ne parlait pas des conséquences négatives sur l'économie de l'évacuation de spécialistes qualifiés. De plus, la résolution tait les effets néfastes du gel des avoirs financiers afghans.

Dans le même temps, le conseiller du Président américain pour la sécurité nationale Jake Sullivan a déclaré que l’évacuation sécuritaire des Américains et des Afghans qui ont collaboré avec les États-Unis était l’une des conditions en échange desquelles Washington accorderait une aide économique aux talibans*.

Interrogé le 24 août par l’AFP sur le profil des Afghans exfiltrés ces dernières semaines vers la France, Didier Leschi, patron de l'Office de l'immigration et de l'intégration, a indiqué que parmi eux se trouvaient des personnes appartenant à l’ancienne structure administrative, comme des magistrats, ainsi que des représentants des élites urbaines ou sociales comme des médecins, journalistes, artistes.

*Organisations terroristes interdites en Russie

Dossier:
Retour des talibans au pouvoir en Afghanistan, août 2021 (140)

Lire aussi:

Pas si brouillés? Mélenchon était bien présent aux cinquante ans d’Éric Zemmour
Macron demande pardon aux harkis, il est interrompu en plein discours - vidéo
«Le Pr Raoult est responsable de milliers de décès évitables dans les pays francophones», selon un microbiologiste belge
Tags:
Afghanistan, Kaboul, talibans, fuite, élites
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook