International
URL courte
Par
0 40
S'abonner

L’Argentine était prudente mercredi, au lendemain de l’annonce par l’Uruguay d’un futur accord commercial avec la Chine, en dehors du Marché commun du Sud (Mercosur) qui regroupe ces deux pays, ainsi que le Brésil et le Paraguay.

Le cabinet économique argentin s’est réuni mercredi, moins de 24 heures après l’annonce uruguayenne, mais aucune position officielle tranchante n’a été annoncée.

La presse de Buenos Aires citait des sources anonymes qui ont évoqué la «surprise» suscitée par la décision unilatérale de l'Uruguay d’avancer vers un accord en dehors des instances du Mercosur.

Le ministère des Affaires étrangères s’est limité à signaler que l'Uruguay avait prévenu les autorités argentines avant l'annonce.

Un proche du ministre des Affaires étrangères Felipe Solá a confirmé au quotidien La Nacion que l'ambassadeur uruguayen a appelé le chef de la diplomatie pour l’informer de l'annonce que s’apprêtait à faire le Président uruguayen Luis Lacalle Pou.

Le ministre du Développement productif Matias Kulfas, le seul à s’exprimer directement devant la presse, a affirmé qu’il était «clair que l'Uruguay est un pays souverain» et qu’il pouvait prendre la décision qui lui semblait judicieuse.

Kulfas a toutefois souligné que «la réglementation du Mercosur est très claire. Les accords se font en bloc, elles ne se font pas de manière bilatérale […] nous observons ce que fera l’Uruguay».

À Montevideo, le Président Luis Lacalle Pou a réuni, mercredi, les partis politiques représentés au parlement pour leur communiquer la décision du gouvernement, dans une tentative d’obtenir un consensus national autour de la question des accords commerciaux en dehors du Mercosur.

«Nous avons la vocation historique d'appartenir au Mercosur et en même temps d'ouvrir nos frontières aux marchés mondiaux», a expliqué le Président uruguayen cité par la presse locale.

La flexibilisation des règles du Mercosur a été au centre des débats lors des deux derniers sommets du Mercosur. L’Uruguay et dans une moindre mesure le Brésil plaident pour davantage d’ouverture du marché commun sur les autres groupements, alors que l’Argentine milite pour un respect strict de la règle du consensus au sein du bloc.

Lire aussi:

Quand la CIA s’associe à l’Ukraine pour générer des fake news sur les «mercenaires russes»
Les chômeurs non vaccinés privés d’allocations en Autriche
La maison d’édition Nawa bientôt dissoute par Gérald Darmanin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook