Ecoutez Radio Sputnik
    Interviews

    Tchernobyl: les mythes détrônés

    Interviews
    URL courte
    Accident à la centrale nucléaire de Tchernobyl (94)
    0 21

    L'Académie des sciences de Russie détrône les mythes concernant la catastrophe nucléaire de Tchernobyl de 1986 (version abrégée d'une interview accordée par Rafael Aroutiounian, premier directeur adjoint de l'Institut russe pour la sûreté nucléaire)

    Mythe 1: L'accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl a eu un impact catastrophique sur la santé de dizaines, voire de centaines de milliers de personnes.

    En réalité: Le registre médico-dosimétrique russe a présenté lors du forum international de Vienne, en Autriche, associé au 20e anniversaire de l'accident de Tchernobyl, les informations portant sur plus de 500.000 personnes en observation. Le registre fait état d'une seule conséquence grave de l'accident – le cancer de la thyroïde chez les enfants. La cause est l'absence de mesures prises à temps telles que le traitement préventif à l'iode et l'instauration de restrictions sur la consommation de produits alimentaires en provenance de la région de l'accident. Sur 400 cas de cancer de la thyroïde observés par les médecins dans les régions les plus contaminées, 200 sont considérés comme une conséquence de l'accident de Tchernobyl. On a recensé un cas mortel.

    Mythe 2: Les conséquences génétiques de l'accident de Tchernobyl sont effrayantes pour l'humanité.

    En réalité: En 60 ans de recherches approfondies, la science mondiale n'a jamais constaté chez l'homme de conséquences génétiques quelconques suite à l'irradiation. De plus, la Commission internationale de protection radiologique a divisé leur risque par dix 20 ans après l'accident. Pour cette raison, les affirmations sur les conséquences génétiques de la catastrophe de Tchernobyl sont fantaisistes, ou plus exactement mensongères.

    Mythe 3: L'environnement a plus souffert que l'homme suite à l'accident de la centrale nucléaire.

    En réalité: Concernant Tchernobyl, l'impact sur l'environnement n'a été constaté qu'à proximité du réacteur détruit, où les radiations dans les arbres atteignaient 2.000 roentgens. A l'heure actuelle, l'environnement, même à cet endroit, s'est intégralement régénéré, ce qui n'aurait pas été le cas lors d'un accident chimique.

    Mythe 4: L'accident de Tchernobyl était le premier incident important dans une centrale nucléaire.

    En réalité:
    Le premier accident important s'est produit à la centrale nucléaire de Three Mile Island (Pennsylvanie, USA) en 1979. La zone active du réacteur a fondu suite à des dysfonctionnements techniques et à des erreurs du personnel de la centrale.

    Mythe 5: Les autorités ont caché la situation à la population et au public dès les premières minutes de l'accident de Tchernobyl, alors qu'elles étaient parfaitement au courant de tout.

    En réalité:
    Tout est bien plus compliqué que certains "experts" ne cherchent à le présenter. En effet, les autorités ont caché une partie des informations mais, avant tout, le système lui-même a été incapable d'évaluer rapidement et correctement la situation. D'autant plus qu'à l'époque il n'existait dans le pays aucun système fiable et surtout indépendant de contrôle de la situation radioactive.

    C'est aujourd'hui qu'il existe autour des centrales nucléaires un réseau de système automatisé de contrôle de la situation radioactive permettant aux autorités locales et à tout le monde d'aller sur internet pour découvrir la situation radioactive dans toutes les centrales nucléaires.

    Mythe 6: Le monde renonce à l'énergie nucléaire parce que le souvenir de Tchernobyl rappelle le danger d'une catastrophe radioactive.

    En réalité:
    Les dix premiers pays du monde produisent plus de 80% de l'électricité d'origine atomique. Dans ce sens, la Russie est derrière tous les pays développés, qui ont actuellement adopté les programmes de poursuite de développement de l'énergie nucléaire. Des programmes encore plus importants de développement d'énergie nucléaire ont été adoptés dans les pays émergents. La renaissance nucléaire a commencé dans le monde parce que pratiquement toutes les puissances planétaires ont prix conscience que les problèmes du développement énergétique stable, y compris les changements environnementaux et climatiques, ne pouvaient être réglés que grâce au développement de l'énergie nucléaire.

    On s'est fait tellement peur avec la catastrophe de Tchernobyl qu'il convient encore de déterminer comment cela est devenu possible alors qu'il n'y avait pas de raisons tangibles pour cela?

    Propos recueillis par Andreï Reznitchenko

    Dossier:
    Accident à la centrale nucléaire de Tchernobyl (94)

    Lire aussi:

    Greenpeace: les centrales nucléaires françaises et belges vulnérables au risque d'attentat
    Tchernobyl n'a pas eu lieu: comment Tokyo a convaincu le G7 d'ignorer le désastre
    Des chercheurs russes mettent au point une installation anti-catastrophe nucléaire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik