Ecoutez Radio Sputnik
    Angela Merkel et François Hollande

    Merkel et Hollande - un bloc européen contre positions atlantistes

    © REUTERS / Grigory Dukor
    Interviews
    URL courte
    Alexeï Makarov
    Accords de Minsk-2 sur l'Ukraine (février 2015) (108)
    0 95

    Hélène Miard-Delacroix professeur d'histoire à la Sorbonne nous a expliqué que c'est un fait historique que la France et l'Allemagne s'associent pour résoudre les problèmes internationaux, dans le cas du conflit Ukrainien cette association est notamment faite selon elle pour se distinguer du point de vue imposé par les Américains

    C'est sur l'initiative de François Hollande et Angela Merkel que les discussions sur une désescalade des tensions et finalement un plan de paix qui a été signé à Minsk hier. C'est le couple Franco-Allemand qui a fait le médiateur entre Petro Porochenko et Vladimir Poutine pendant les presque 17 heures de négociations. La question qui se pose c'est comment deux dirigeants de pays voisins, mais complétement différents tant sur plan politique que global arrivent à mener ces débats. Hélène Miard-Delacroix professeur d'histoire à la Sorbonne et spécialiste des relations Franco-Allemandes nous a expliqué que c'est un fait historique que la France et l'Allemagne s'associent pour résoudre les problèmes internationaux, dans le cas du conflit Ukrainien cette association est notamment faite selon elle pour se distinguer du point de vue imposé par les Américains:

    Quel est l'historique et l'importance des relations franco-allemandes dans la gestion de crises internationales, on l'a vu cette fois ci avec l'Ukraine, mais est-ce que c'est quelque chose de courant dans les relations franco-allemandes de s'associer pour gérer des crises internationales, des conflits…

    Je dirais que ce n'est pas courant dans les dernières décennies, mais c'est une des façons que le couple franco-allemand trouve en ce moment pour se réactiver. Il y a une vraie demande d'entente franco-allemande en Europe. Il y a toujours une ambiguïté dans l'Union Européenne, à la fois il y a une méfiance vis à vis du couple franco-allemand, on ne veut pas qu'il prenne trop la place, mais quand le couple franco-allemand ne fait rien il y a une demande des partenaires qui disent — prenez des initiatives.

    Là c'est une façon de répondre à une demande collective des européens qui souhaitent dans la crise ukrainienne éviter la présence des américains. C'est une des façons qu'ont trouvé les Français et les Allemands de réactiver le projet des années 60 où la France et l'Allemagne dans l'Europe des 6 essayaient d'avoir un profil, une identité, voir une diplomatie indépendante de celle des Etats Unis. On a vraiment une prise en compte d'intérêts spécifiques des Européens — l'Allemagne pour des raisons de voisinage très évidentes, la France pour réactiver un rôle de grande puissance après lequel on court toujours et ensemble en considérant que la France et l'Allemagne sont les deux plus grandes puissances européennes et parce qu'elles ont ensemble les atouts pour aider les Ukrainiens et les Russes à trouver des solutions. C'est une tradition franco-allemande d'additionner les atouts pour emporter un résultat qui tienne à distance et les Britanniques et les Américains.

    Je suis étonné que vous disiez que durant les dernières décennies la France et l'Allemagne ne prenaient pas cette initiative d'agir ensemble, car on parlait souvent du couple Merkel Sarkozy, qui marchait très bien…

    Quand vous parlez d'histoire je remontais beaucoup plus loin. Evidemment le couple Merkel Sarkozy a déjà essayé de jouer cette carte, en particulier lors de la crise géorgienne. C'est le même schéma Sarkozy et Merkel avaient les mêmes difficultés à coopérer au départ avec des différences très importantes entre les personnalités et la conception de la politique intérieure. Le terrain international est tout à fait favorable pour agir ensemble et se rapprocher. Le couple Merkel Hollande reproduit la même chose quelques années après.

    Je pense que c'est indépendant des personnalités et que ce sont les chefs d'état de gouvernements respectifs qui considèrent que chacun de leur pays a des atouts à mettre ensemble, qui s'additionnent et qui donnent une voix commune à l'Europe.

    On peut remonter un peu plus loin, les Français et les Allemands ont déjà fait ça dans les années 70 à l'époque de Schmidt et de Giscard, quand il y a eu un regain de tensions entre l'Union Soviétique et les Etats Unis, la France et l'Allemagne on essayé de faire les intermédiaires quand il y avait cette escalade de boycotte des jeux olympiques, de sanctions commerciales, de sanctions sur les livraisons de matériaux pour faire les gazoducs etc. On avait déjà cette approche simplement elle était plus discrète ou plus déséquilibrée, parce que l'Allemagne n'avait pas retrouvé un statut de puissance souveraine, qui est maintenant complétement incontestable. Si vous repartez sur plusieurs décennies vous avez quand même cette idée que lorsqu'il y a des tensions c'est la responsabilité de ces deux pays d'agir ensemble.

    Vous avez dit que la France et l'Allemagne sont les portes paroles de l'Europe entière, mais est-ce que c'est une initiative de la France et de l'Allemagne ou c'est une concertation européenne globale qui envoie en émissaires les Français et les Allemands pour gérer cette crise?

    Il faut pas le dire comme ça, ce ne sont pas les 26 autres qui se sont réunis et convoqué les Français et les Allemands en leur disant que vous allez faire ça.

    Je pense que dans les concertations permanentes qui ont lieu on parle régulièrement de la crise ukrainienne et d'un commun accord les Français et les Allemands ont considéré qu'ils devaient faire quelque chose et ils ont été soutenus par leurs partenaires. Ils agissent en pleine concertation avec les autres partenaires en Europe.

    Dossier:
    Accords de Minsk-2 sur l'Ukraine (février 2015) (108)

    Lire aussi:

    UE-USA: les Européens pour une politique plus indépendante (sondage)
    Marine Le Pen: l'Europe se comporte comme un valet de Washington
    Les USA vassalisent leurs alliés (gauche française)
    Tags:
    Hélène Miard-Delacroix, François Hollande, Angela Merkel, Europe, France, Ukraine, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik