Interviews
URL courte
0 191
S'abonner

Interview exclusive du ministre serbe des Affaires étrangères et président de l'OSCE Ivica Dacic accordée à Sputnik

La Serbie n'a pas l'intention d'adhérer à l'Otan, mais étant encerclée par les membres de l'Alliance, elle souhaite des relations de partenariat.

Nous essayons de mener une politique équilibrée parce que les relations avec l'Otan et l'OTSC ne sont pas seulement une question militaire, mais également politique. C'est pourquoi nous sommes membres du Partenariat pour la paix et observateurs à l'Assemblée parlementaire de l'Otan et à l'Assemblée parlementaire de l'OTSC.

Malheureusement, les relations en Europe et dans le monde sont en crise, par conséquent l'un des principes de notre présidence consiste à trouver un moyen de recouvrer la confiance mutuelle. C'est la raison pour laquelle nous saluons les tentatives du quartet de Normandie de régler le confit ukrainien de manière pacifique. Par exemple, je me suis entretenu avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à Douchanbé, lors de la réunion de l'OTSC. Le ministre m'a dit que les présidents Vladimir Poutine et Piotr Porochenko avaient une position commune: la Russie et l'Ukraine sont favorables à ce que la mission de l'OSCE agisse le plus activement possible.

Mais l'OSCE ne peut pas empêcher les nombreuses violations de l'accord. Le rôle de l'OSCE consiste à servir d'intermédiaire entre toutes les parties pour trouver la solution la plus appropriée. Ce n'est pas un travail facile, mais je dois dire que la Serbie, en tant que présidente, a pu assurer une prise de décision unanime afin de prolonger le mandat de la mission de l'OSCE en Ukraine d'un an et d'autoriser l'augmentation du nombre d'observateurs jusqu'à mille hommes. Ainsi que de mettre à disposition les moyens techniques et financiers nécessaires.

En ce qui concerne la mobilisation permanente en Ukraine, je pense qu'il faut le prendre comme une sorte de reflet des circonstances politiques intérieures en Ukraine. Cela ne signifie pas qu'à ce moment même quelqu'un se permet d'être arbitraire avec les accords internationaux. En réalité, la situation en Ukraine, malgré toutes les difficultés, change tout de même pour le mieux.

Quant aux livraisons d'armes à l'Ukraine par les Américains, voici ce que je peux en dire. John Kerry a réaffirmé que Washington était attaché à l'idée de désescalade. D'autre part, l'UE et d'autres pays d'Europe ont clairement laissé entendre qu'il ne fallait pas armer l'Ukraine. Je pense que les projets d'armement de l'Ukraine n'est que l'une des possibilités si la situation dans le pays se détériorait. Tout en sachant que les USA ont soutenu les accords de Minsk clés, et nous devons tout faire pour que ses principes soient mis en œuvre.

Concernant la question du Kosovo, l'UE ne peut prendre aucune décision sur l'indépendance du Kosovo tant qu'il existe des pays qui ne le reconnaissent pas. De plus, l'UE ne peut pas remplacer l'Onu où nous avons le soutien de la Russie, de la Chine et de bien des autres pays, qui ont conscience du fait que le problème réside dans la légalité de la proclamation unilatérale de l'indépendance par Pristina.

Drapeau du Kosovo
© Sputnik . Ilya Pitalev
A l'heure actuelle, le premier ministre serbe est en négociations avec le nouveau premier ministre du Kosovo. J'espère que nous pourrons faire un pas en avant. Pas dans le sens de l'indépendance du Kosovo, mais dans le sens de la normalisation des relations. La Serbie n'est plus à l'ordre du jour des conférences et forums internationaux. Mais nous ne pouvons pas nous permettre de protéger notre intégrité territoriale avec moins de détermination que l'intégrité territoriale de l'Ukraine.

Y a-t-il une justice dans les relations internationales, me demanderez-vous. J'ai cessé d'y croire depuis longtemps. Il n'existe pas de justice à part entière. Il existe le deux poids deux mesures. Ce qui est permis aux grandes puissances n'est, malheureusement, pas permis à la Serbie. Vous savez, quelqu'un a dit: quand les éléphants font l'amour, l'herbe souffre, mais quand ils se battent, l'herbe souffre aussi.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Deux ex-agents secrets français condamnés à 8 et 12 ans de prison pour trahison
La diplomatie russe ironise sur les propos de Trump concernant ses nouveaux missiles
La Chine assure qu'une pneumonie inconnue «beaucoup» plus mortelle que le Covid-19 se propage au Kazakhstan
Tags:
OSCE, OTAN, Ivica Dacic, Ukraine, Kosovo, Serbie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook