Interviews
URL courte
Par
1255
S'abonner

Du 15 au 21 juin se tiendra la 51e édition du Salon international de l’aéronautique et de l’espace, l’évènement haut en couleurs des passionnés du ciel et de l’espace depuis plus de 100 ans. Le Bourget 2015 promet de rassembler près de 2.200 exposants et d’exhiber environ 150 aéronefs.

Iak-130 au salon du Bourget (Archives)
© Sputnik . Viktoria Ivanova
Comme on le sait, le Salon est célèbre non seulement pour exposition d'appareils civils et militaires (plus les équipements), mais également pour de multiples activités consacrées aux questions actuelles du domaine. Aux dires des représentants du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS), cette année, les accents principaux porteront sur les problèmes écologiques et environnementaux, ainsi que sur le marché de travail et la formation des jeunes.

Emeric d'Arcimoles, le commissaire général du Salon, nous a fait l'immense honneur de décortiquer les enjeux principaux du Bourget 2015: « Le 51e salon du Bourget s'annonce être un bon cru. Le nombre d'exposants sera exactement du même ordre que celui en 2013. Le nombre de surface louée dans les halls est totalement achevé, c'est-à-dire qu'il n'y a plus de place libre. Le nombre de chalets sera de l'ordre de 340, c'est la capacité maximale. Aujourd'hui, on connaît à peu près le nombre d'aéronefs en présentation aérienne et en exposition qui devraient tourner autour de 150. Par contre, on ne connaît pas exactement ceux qui vont voler. On le sait du côté français. Parmi les aéronefs étrangers, ce seraient les avions pakistanais, par exemple. Les Etats-Unis ont également donné leur nomenclature de « volants ». Bien que la participation russe soit importante et du même ordre que la dernière fois, nous n'avons pas encore la nomenclature des avions qui vont voler. J'avais insisté, lors de la dernière mission de présentation du Salon à Moscou, de le dire très vite pour que les Russes qui font toujours des présentations très spectaculaires soient intégrées dans nos présentations à un bon niveau et à un bon endroit. »

Sputnik. Pourriez-vous nous faire part des nouveautés, des surprises de l'édition 2015 du salon?

Emeric d'Arcimoles. « C'est un secret jalousement gardé des constructeurs. Quand on leur pose la question, ils ne répondent pas généralement en voulant laisser la surprise au dernier moment. C'est le cas de Dassault Aviation, de bombardiers, de business-jets. Nombreux sont les projets d'avions régionaux mais ils gardent aussi le secret.

Comme avion nouveau qui va arriver, mais ce n'est pas un scoop quand-même parce qu'on le savait, — c'est le A350. La dernière fois, l'A350 est passé en vol à quelques 200-300 mètres d'altitude. Il se posera aussi au salon du Bourget, on le verra sur le tarmac. »

Sputnik. Pourriez-vous parler plus en détail de la participation française? Qu'est-ce que la France va exhiber cette année?

Emeric d'Arcimoles. « Tous les matériels récents de l'industrie aéronautique et spatiale seront là. Comme l'année dernière, on verra les avions Airbus avec leur composante hélicoptère, il y aura, bien sûr, Dassault Aviation. Avec les dernières commandes engrangées, le Rafale sera, sans doute, mis en exergue. Il y aura quelques drones mais ils ne volent pas encore parce que la législation française l'interdit. Du côté américain, il n'y aura pas de F-35, c'est clair, mais il y aura d'autres avions militaires. Voilà ce que je peux dire aujourd'hui en termes de présentation de ce qui va voler, c'est ce dont on a l'assurance.

Sur les stands, comme tout a été loué, il y aura beaucoup de nouveautés, surtout dans le domaine de l'électronique, de la motorisation. Le projet franco-russe du SaM 146 (turboréacteur destiné à équiper le Sukhoï Superjet 100) est bien mis en avant. »

Sputnik. Est-ce que vous êtes déjà au courant de projets ou de contrats qui vont être passés cette année? Surtout, vu les récents succès des Rafales sur le marché international, le succès de la France semble garanti…

Emeric d'Arcimoles. « Je salue les contrats sur les Rafales. Celui avec l'Egypte est déjà signé. En ce qui concerne l'Inde, le premier ministre Manuel Valls a dit qu'il allait finir l'achat de 36 avions.

Je pense que la surprise risque de venir d'Airbus avec un certain nombre de contrats qui sont à courte finale pour être signés. Il ne faut pas oublier le duel européano-américain sur les contrats Airbus VS Boeing. Mais on ne le saura pas avant la fin du Salon. Dans le civil, il y en aura d'autres. Mais dans le militaire, je ne serais vous dire parce que ce sont des choses un peu secrètes. On l'a vu avec le contrat sur les Rafales en Inde qui était une très bonne surprise.

Vous pouvez toujours dire à vos collègues dans l'aéronautique russe que nous sommes impatients de connaître la décision de nos amis russes en termes d'avions qui volerait ou ne volerait pas. Généralement, la Russie est très présente en vol depuis pratiquement le début du salon du Bourget. Et ce serait bien dommage de ne pas la voir cette fois-ci. »

Trois mois avant l'ouverture du Salon, les avionneurs internationaux laissent planer un certain mystère sur ce qu'ils vont exhiber. Parmi les pays qui auraient des positions dominantes, il faut citer la France et les Etats-Unis. Nous n'omettrons pas de citer l'Embraer brésilien, l'ATR franco-italien et le Bombardier canadien.

Les Russes, eux, viendront en force. Treize sociétés figurent sur la liste de participants sur le site officiel du Salon, dont l'agence spatiale Roskosmos, le holding Hélicoptères de Russie, le holding de hautes technologies Rostec, le numéro un mondial du titane VSMPO-Avisma, le Consortium aéronautique unifié (OAK) et le Consortium unifié de construction de moteurs (ODK).

La participation de l'HAL indien laisse espérer l'éventuel dénouement de l'intrigue autour du MMRCA. Serait-ce en faveur des Rafales, dont 36 ont été achetés par l'Inde, ou des Sukhoï, moins chers et plus performants?

Lire aussi:

Avion russe Superjet-100: la France participera à la modernisation
Les ordinateurs de bord des avions vulnérables au piratage
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Tags:
aéronautique, Bourget 2015, Emeric d'Arcimoles, États-Unis, Inde, Russie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook