Interviews
URL courte
Par
0 145
S'abonner

La Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise à Moscou a organisé pour les entrepreneurs belges et russes une visite au parc industriel Stupino 1 dans la banlieue de Moscou. Le parc offre les surfaces pour les entreprises industrielles et les bâtiments industriels pour les PME.

Financé par les investisseurs internationaux, le parc observe les standards de qualité les plus élevés. L'avocat du Bureau moscovite de la Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise Arnaud de Busschère ayant participé à la mission économique apprécie les potentialités du parc industriel:

Arnaud de Busschère: On a organisé avec la Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise à Moscou une visite des installations de Stupino. Il y avait des entreprises belges qui étaient présentes, il y avait notre représentant du ministère des finances à Moscou et également des représentants de sociétés russes, qui ont des liens avec la Belgique, qui nous ont accompagné.

Sputnik: Vraiment on peut qualifier cette visite comme une petite mission économique.

Arnaud de Busschère: Tout à fait. C'était pour faire connaître la région de Stupino et la ville de Stupino. On a eu un rendez-vous avec un responsable municipal et on a eu une présentation des responsables du projet de la société, qui a développé le site. Elle nous a fait une présentation des avantages logistiques au niveau équipement et des avantages fiscaux également de l'installation d'entreprise étrangère dans leur zone en territoire de la Russie.

Sputnik: Vous êtes bien placé pour juger des opportunités de faire du business en Russie même dans ces conditions des sanctions et de la crise économique.

Arnaud de Busschère: Je pense que actuellement les entreprises européennes regardent très attentivement la situation économique en Russie, non pas forcément les sanctions en tête, et je pense tournent très franchement vers la Russie au niveau commercial, et ça y est d'une manière ou d'une autre de passer outre ces moments difficiles économiques. Je pense qu'il y a un intérêt certain des entreprises européennes et très probablement pour produire sur le territoire russe, alors qu'avant on avait sans doute plus d'entreprises qui exportaient vers la Russie. Aujourd'hui les entreprises européennes s'intéressent plus souvent à la production sur le territoire russe et veulent s'y installer.

Sputnik: Vraiment la situation économique a changé et il reste quelques sociétés belges bien connues, comme Bekaert ou Solvay, qui sont bien implantées sur le marché russe.

Arnaud de Busschère: Je crois que les entreprises qui font la démarche dans les temps actuels de déplacer en Russie, de sonder le marché russe et éventuellement de commencer le partenariat pour s'implanter en Russie au moment d'une reprise économique,qui à mon avis est déjà en cours, elles auraient sans doute des conditions d'installation beaucoup plus favorables que les entreprises qui ont attendu la fin de période difficile. C'est un choix stratégique.

Sputnik: Si nous retournons à cette visite d'une journée au park industriel Stupino 1, pouvez-vous faire le bilan des impressions des membres de cette mission belge?

Arnaud de Busschère: Ce que j'ai pu y voir et aussi discuter avec les responsables de Stupino, c'est qu'on a sur place des conditions d'installation favorables d'efficacité, de rapidité, on a un haut industriel de l'industrie légère, qui est divisé en plusieurs surfaces industrielles, qui seront partagées par plisieurs entreprises, et c'est tout à fait prêt à l'utilisation. C'est à dire qu'une entreprise étrangère, qui souhaiterait produire par exemple de l'alimentaire ou des produits pharmaceutiques, peut s'y installer en quelques semaines ou en quelques mois, être efficace et produire déjà en Russie. Les surfaces sont de petite taille ou de taille moyenne. Il y a également toute une partie du park, qui est à construire.

Les terrains sont viabilisés, c'est à dire qu'ils donnent les accès à l'eau, au gaz, à l'électricité. Ils ont toutes les autorisations administratives pour exploiter une industrie. C'est une très bonne carte, parce que tout est prêt.

Lire aussi:

« On a besoin de la Russie diplomatiquement et économiquement »
Le but est de produire en Russie
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Coronavirus: deux nouveaux cas recensés en France
Tags:
investissements, Arnaud de Busschère, Luxembourg, Belgique, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook