Ecoutez Radio Sputnik
    L’acte 32 des Gilets jaunes

    François Boulo: «En tant que Gilet jaune, il est obligatoire de se mobiliser pour le référendum ADP»

    © Sputnik .
    Interviews
    URL courte
    Jean-Baptiste Mendès
    19334

    Les Gilets jaunes peuvent-ils contribuer à la réussite du referendum d’initiative partagé contre la privatisation d’ADP? Alors que 10% des suffrages nécessaires à l’organisation du scrutin ont été réunis en 18 jours, Sputnik a interrogé François Boulo, avocat et figure des Gilets jaunes. Il appelle à la mobilisation en faveur du RIP.

    Le cap des 500.000 signatures pour l’organisation d’un référendum sur le statut d’ADP a été dépassé ce 1er juillet, ce qui représente déjà 10% des suffrages requis en dix-huit jours. Cette mobilisation en faveur du référendum d’initiative partagée (RIP) contre la privatisation des aéroports de Paris serait-elle sur la bonne voie alors qu’il reste encore près de neuf mois pour atteindre le quorum?

    Comment les Gilets jaunes comptent-ils se mobiliser et mobiliser les Français en faveur de ce scrutin? Interviewé par Clément Ollivier pour l’émission Russeurope Express sur Radio Sputnik, le Gilet jaune François Boulo appelle à la convergence des luttes afin de repolitiser les citoyens français. Au-delà des revendications sur la justice fiscale et la répartition des richesses, ce RIP serait l’étincelle pour la rénovation des institutions démocratiques en France.

    Sputnik France: En quoi le mouvement des Gilets jaunes peut-il contribuer à la mobilisation contre la privatisation des aéroports de Paris?

    François Boulo: «En tant que Gilet jaune, il est obligatoire de se mobiliser pour le référendum d’initiative partagée contre la privatisation des aéroports de Paris. Parce que depuis le début, le mouvement réclame le référendum d’initiative citoyenne, donc la possibilité pour le peuple d’intervenir directement dans la démocratie. Et là, on a l’occasion, parce que les parlementaires ont réussi à se mettre d’accord, au-delà des clivages partisans traditionnels, sur cette procédure et donc maintenant, l’objectif est de réunir les 4,7 millions de signatures.

    Je crois qu’il faut véritablement se mobiliser pour faire la démonstration auprès du pouvoir qu’effectivement le peuple souhaite pouvoir intervenir directement par référendum pour exprimer sa voix lorsque cela concerne des sujets très importants. Évidemment, la question de la privatisation des aéroports de Paris, c’est une question majeure. Ensuite en termes de stratégie politique, je pense que c’est une formidable occasion d’infliger une cinglante défaite institutionnelle à Emmanuel Macron, parce que contrairement à ce qu’on a pu entendre par la voix du Premier ministre dans l’hémicycle, qui prétend qu’en tant que démocrate, ils ne craignent aucun vote, ni aucune élection, on voit très bien qu’ils redoutent au contraire absolument qu’une défaite leur soit infligée sur la privatisation des aéroports de Paris. Tout ce qui peut permettre d’infliger une gifle politique au pouvoir en place est bon à prendre.»

    Sputnik France: Comment cette tentative de référendum d’initiative partagée peut-elle être diffusée par les Gilets jaunes?

    François Boulo: «On compte évidemment sur les groupes de Gilets jaunes pour mener cette campagne de collecte de signatures. Je crois qu’on est à un moment où la répression policière et judiciaire inouïe qui s’est abattue sur le mouvement a atrophié le mouvement en lui-même, dans sa forme de manifestation. C’est plutôt normal. Évidemment, au bout d’un moment, les gens se fatiguent, sont épuisés et pour certains, ont peur d’aller manifester.

    Je crois qu’aujourd’hui, l’objectif essentiel est d’aller rediscuter avec les gens, repolitiser les gens, en parlant des idées, et cette campagne de collecte de signatures sur le référendum ADP est un formidable moyen d’aller justement à la rencontre des gens, de leur parler. Voilà un sujet qui fait l’unanimité dans la société, parce que chacun a en mémoire le scandale de la privatisation des autoroutes. Ça va permettre donc d’être une clé d’entrée pour obtenir les signatures, discuter avec les gens, et ensuite peut-être les amener à poursuivre ce travail de conscience politique en les invitant aux assemblées de Gilets jaunes qui se tiennent encore sur le territoire. C’est un formidable moyen d’aller à la rencontre des citoyens pour repolitiser la société dans son ensemble.»

    Sputnik France: La mobilisation pour le référendum ADP pourrait-elle donner un nouveau souffle au mouvement des Gilets jaunes?

    François Boulo: «Désormais, il faut essayer de s’appliquer à repolitiser les gens pour transformer les conditions de l’électorat. On voit bien que le système électoral, en l’état, est bloqué. On l’a vu avec les résultats des élections européennes, où on nous enferme dans la logique Macron-Le Pen et on ne sortira pas de ça si on n’élève pas le niveau de conscience politique dans la société. C’est donc effectivement le moment de s’organiser pour arriver à produire des actions qui vont permettre de toucher véritablement l’opinion publique.»

    Sputnik France: Cette campagne de collecte de signatures pourrait-elle représenter une amorce de moment constituant?

    François Boulo: «Bien sûr, la campagne ADP va permettre d’aller discuter avec les gens sur une question institutionnelle majeure, mais c’est une clé d’entrée pour ouvrir une voie plus large. C’est le processus constituant. Il faut qu’aujourd’hui que les citoyens se repolitisent sur la question de l’injustice fiscale, sur la répartition des richesses, mais aussi et surtout sur la question démocratique, sur le fonctionnement de nos institutions. Nous voyons bien que depuis des années et des années, peu importe ce que nous votons, à droite ou à gauche, nous avons toujours la même politique, si bien que si le mouvement des Gilets jaunes est né, c’est en grande partie parce que tous les représentants –de droite comme de gauche– ont trahi l’intérêt général et ont servi des intérêts particuliers privilégiés, si bien que les institutions ne fonctionnent plus aujourd’hui et on ne pourra les rénover que si chaque citoyen s’implique véritablement à réfléchir comment demain devra fonctionner notre démocratie.»

    Sputnik France: Peut-on s’attendre à un «2005» bis?

    François Boulo: «L’objectif c’est de faire un 2005 bis, c’est absolument certain. Même si les conditions sont un peu différentes, car en 2005 l’enjeu était de savoir quel serait le vote au référendum. Là en réalité, si demain nous obtenons les 4,7 millions de signatures et qu’il y a in fine un référendum, il est quasiment certain qu’il sera en faveur de l’abrogation de ce projet de loi qui vise à la privatisation des aéroports de Paris. Là, l’enjeu n’est pas de convaincre plus de la moitié de la population, il est d’aller obtenir les 4,7 millions de signatures pour déclencher le référendum.»

    Retrouvez l'émission en intégralité sur la chaîne YouTube de Sputnik France:

    Abonnez-vous au podcast de Russeurope Express pour ne jamais manquer un épisode:

    Sur iTunes et appareils Apple, cliquez sur ce lien.
    Sur Android et autres applications, copiez le flux RSS.

    Lire aussi:

    La France s'exprime sur la saisie d'un navire britannique par l'Iran
    Téhéran explique les raisons de sa saisie du pétrolier britannique
    Un jeune homme tué au fusil-mitrailleur en pleine rue dans le centre de Paris – images
    Tags:
    Alstom, privatisation, gilets jaunes, Edouard Philippe, Emmanuel Macron, référendum d'initiative citoyenne (RIC), Aéroports de Paris (ADP)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik