Ecoutez Radio Sputnik
    «Grève générale»: mobilisation nationale de la CGT et des Gilets jaunes à Paris, le 5 février 2019

    Grève du 5 décembre: pour les taxis, sur les retraites, «le gouvernement doit reculer»

    © Sputnik .
    Interviews
    URL courte
    Par
    Grève générale du 5 décembre en France (31)
    35446
    S'abonner

    De nombreux corps de métiers seront en grève et manifesteront ce jeudi 5 décembre contre la réforme des retraites. Mathieu Iturralde, représentant de l’association professionnelle Élite taxi France, en sera. Entre concurrence accrue et incertitudes sur leurs retraites, il partage avec Sputnik ses inquiétudes.

    Le 5 décembre, la CGT, FO, la FSU et Solidaires appellent à une grève interprofessionnelle contre la réforme des retraites en France. De nombreux secteurs économiques seront ainsi concernés, l’Éducation nationale, la Justice, la Police, les hôpitaux, les stations-service et surtout la RATP et la SNCF, où notamment la CGT et Sud ont appelé à une grève illimitée.

    Le projet de fusion des quarante-deux régimes de retraite existants en un système universel par points s’avère extrêmement contesté. Un sondage IFOP pour le JDD estime que 76% des Français sont favorables à une refonte du système, mais seulement 36% ont confiance dans le gouvernement pour la mener à bien. Les retraites sont un sujet sensible… et mobilisateur: rappelons les manifestations monstre de 2010 ou encore celle de 1995, où le gouvernement Juppé avait dû rétropédaler. Faut-il s’attendre à un jeudi noir ou pire, à une mobilisation paralysant le pays durant des semaines?

    Sputnik a tendu le micro à Mathieu Iturralde, vice-président d’Élite taxi France, association comptant une centaine de chauffeurs de taxi en France et qui appelle à défendre massivement les régimes de retraite contre la réforme gouvernementale. Il rappelle en outre la situation catastrophique dans laquelle sa profession se trouve, dénonçant une concurrence déloyale et par conséquent, la chute du prix des licences.

    Sputnik France: Pourquoi allez-vous faire grève le 5 décembre?

    Mathieu Iturralde: «Nous allons faire grève suite à l’annonce de la réforme des retraites. Rien n’est concret, on le sait très bien. Comme les autres corporations de métiers, nous prenons les devants pour représenter et défendre les taxis. C’est la réforme sur les points qui nous dérange, sachant qu’on ne sait pas exactement la valeur du point. Apparemment, elle sera modifiable. Ça nous inquiète beaucoup. Le gouvernement doit reculer. Ça devient difficile pour tout le monde, si en plus, on se retrouve avec une retraite misérable ou qui peut être dévaluée à tout moment…»

    Sputnik France: Quelles sont les conditions de vie d’un chauffeur de taxi à la retraite? À quel âge peut partir un conducteur de taxi?

    Mathieu Iturralde: «À l’heure actuelle, c’est 62 ans, si on a fait les 40 ans de cotisations. Mais ce qu’il faut savoir, c’est qu’on a beau cotiser, peu importe la somme cotisée, on aura toujours la même retraite. C’est-à-dire qu’on aura l’équivalent de 800 euros. Les chauffeurs continuent de travailler au-delà de 62 ans, car c’est une petite retraite. Vu la conjoncture, le prix des loyers, le coût de la vie, on a toujours malheureusement des chauffeurs de 70 ans qui continuent de travailler.» 

    Sputnik France: Avec l’apparition des VTC (véhicule de tourisme avec chauffeur), comment ont évolué vos conditions de travail?

    Mathieu Iturralde: «À l’heure actuelle, c’est de plus en plus difficile, car on nous a mis une concurrence déloyale, c’est-à-dire les VTC. Il n’y a pas qu’Uber, il y a Chauffeurs privés et plein d’autres sociétés. On dénonce ça depuis 2016, on ne trouve pas ça normal, étant donné les charges et les prix des licences que nous payons. Nous sommes réglementés, à un tarif préfectoral.

    Le problème, c’est que nous, on a un tarif précis et eux, ils peuvent faire le tarif qu’ils veulent. En l’occurrence, quand il y a très peu de demande, Uber baisse le prix en dessous du taxi, et quand il y a beaucoup de demandes, Uber augmente son prix. Nous, c’est toujours un prix fixe au compteur. On est vraiment lésés. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il y a beaucoup de taxis aussi qui font du transport conventionné, parce qu’ils n’arrivent pas à faire du taxi normal. Donc ils sont obligés de transporter des malades et de signer une convention auprès de la CPAM pour leur lieu de stationnement.»    

    Sputnik France: Depuis l’arrivée d’Uber en France, à quel point le prix des licences a-t-il baissé?

    Mathieu Iturralde: «Malheureusement, le prix des licences a énormément chuté. Sur Paris, c’était 248.000 euros la plus haute, à l’heure actuelle, on est dans 115.000 euros. Vous avez des chauffeurs qui ont des crédits de 2.000 à 2.200 euros par mois pour rembourser leur licence.» 

    Sputnik France: Lors de cette grève, des chauffeurs de taxi vont-il en profiter pour augmenter leurs tarifs?

    Mathieu Iturralde: «Eh oui malheureusement. Les mauvais, c’est toujours une minorité, mais ce sont eux qui salissent l’ensemble de la profession. Certes, il va y avoir des taxis qui vont se permettre de faire des forfaits, alors que c’est interdit. Le jour de l’An, c’est pareil. Normalement, on doit être au compteur, il y a des taxis qui se permettent d’être au forfait. Quant aux VTC, ils vont travailler, leur retraite ne leur importe pas. En tant que taxis, artisans, notre retraite sera déjà difficile. Il est évident que la plupart des taxis ne comptent pas que sur leur retraite. Ils prennent des retraites complémentaires et ils espéraient avoir un petit pécule avec leur licence. Vu la chute du prix de la licence, on n’espère plus grand-chose, malheureusement.» 

    Dossier:
    Grève générale du 5 décembre en France (31)

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    «Les sanctions US contre le Nord Stream 2 frapperont la souveraineté de l'UE»
    Tags:
    Uber, Edouard Philippe, Emmanuel Macron
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik