Interviews
URL courte
Par
557910
S'abonner

Le charivari médiatico-politique de la réforme des retraites cache la discussion au Sénat d’une loi LREM très controversée, portée par la député Laetitia Avia. Elle se propose de lutter contre la haine sur Internet, ses détracteurs parlent de censure. Sputnik a interrogé l’avocat Gilles-William Goldnadel, qui «n’en pense que du mal».

Adoptée en juillet à l’assemblée, la Loi Avia va être débattue en séance publique au Sénat le 17 décembre. Elle se propose de «lutter contre la haine sur Internet», mais aussi contre la violence, les injures à caractère raciste ou encore religieux.

Comment définit-on la haine? Le dictionnaire Larousse estime qu’il s’agit d’une «aversion profonde, d’une répulsion éprouvée» autant dire, un concept plutôt flou. En outre, le délit d’incitation à la haine était déjà inscrit dans la loi. Faut-il ajouter une loi spécifique aux contenus Internet? C’est ce que semble croire la majorité LREM, sous la houlette de la député Laetitia Avia.

La mesure phare du texte consiste dans l’obligation pour les plateformes, réseaux sociaux et moteurs de recherche de retirer les contenus «manifestement» illicites sous 24 heures. Dans le cas contraire, ils encourraient une amende de 1,25 million d’euros. Ce qui peut susciter un risque de «surblocage» par ces firmes, allant jusqu’à la censure de la liberté d’expression. La mesure a été retoquée par la commission des lois du Sénat le 11 décembre dernier: «pas question de confier la police de notre liberté d’expression aux GAFA», confiait le chef de file des sénateurs LR, Bruno Retailleau.

Sputnik a interrogé l’avocat et essayiste Gilles-William Goldnadel qui s’insurge contre ce texte qu’il juge liberticide, aux contours encore très flous. Il pourrait entraîner de graves dérives «dans le cadre du politiquement correct», comme dans le cas des Sleeping Giants, un groupe d’activistes radicaux qui souhaitent assécher les revenus publicitaires de médias de droite tel que Valeurs actuelles ou Boulevard Voltaire, qu’ils estiment «haineux».

Sputnik France: Que pensez-vous de cette proposition de loi LREM visant à «lutter contre la haine sur Internet»?

Gilles-William Goldnadel: «Je n’en pense que du mal et je ne me suis pas contenté de le penser. Je l’ai dit et je l’ai écrit à différents médias dont Le Figaro et Boulevard Voltaire. C’est bien gentil de poursuivre la haine, mais comme chacun a une définition très spécifique et très spéculative de la haine, on est beaucoup plus intéressé par la haine de l’autre que sa propre haine, qu’il peut lui-même fulminer.

Ces derniers jours, j’observe par exemple que j’ai eu à m’exprimer beaucoup sur les Sleeping Giants, les Géants endormis, ce groupuscule d’extrême-gauche, que je considère comme fascisants, et qui décident d’intimider les annonceurs en les “prévenant” contre les messages de “haine”. Je pense qu’il n’y a pas plus haineux que ces gens-là. Et je ne leur fais aucune confiance pour dire qui véhicule un message de haine ou pas. Mon imagination est impuissante à décrire ce que serait la réaction de ces gens-là si d’aventure, d’autres géants qu’eux ou des nains qui se réveillent, décidaient d’aller intimider les annonceurs de Libération, de L’Humanité ou de Bondyblog, au hasard.

La définition de la haine est très subjective. Le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres, c’est encore de s’en remettre à l’arbitrage du juge lorsqu’on estime qu’une haine est totalement insupportable. Je ne suis pas un partisan du Premier amendement américain, où on peut tout tolérer. Mais le mieux, c’est encore de s’en remettre au juge.

J’ai d’ailleurs constaté que Mme Avia et ses amis n’étaient pas les meilleurs défenseurs de la liberté d’expression, voyant Mme Avia s’exprimer sur la venue de Zemmour sur CNews. Ça ne se caractérisait pas par un grand amour de la liberté d’expression. En réalité, j’observe les menées de la Macronie pour juguler un langage qui ne lui plaît pas. Donc je trouve ça tout à fait effrayant.» 

Sputnik France: Les plateformes, souvent américaines, seraient amenées selon ce texte à bloquer des publications «manifestement illégales». Cette «privatisation» peut-elle déboucher sur de la censure?

Gilles-William Goldnadel: «La manière dont ils s’y prennent avec les plateformes est encore très dangereuse, parce que ces plateformes, pour la plupart américaines, ne demandent en réalité pas mieux que de sévir dans le cadre du politiquement correct. Pour ces plateformes, la loi Avia est moins une intimidation où ils trembleraient devant les amendes qu’ils pourraient recevoir, qu’en réalité un encouragement à entreprendre une censure pour laquelle ils sont quelquefois disposés dans le cadre du politiquement correct.

Donc où que je tourne mon regard, la loi Avia ne me dit rien qui vaille. J’observe d’ailleurs que le Sénat a commencé à la retoquer ici ou là, dans ses dispositions les plus directives, notamment de donner un tel délai à la plateforme pour s’exécuter, et je pense que c’est un bon signal.»

Sputnik France: Que pensez-vous de cet amendement du sénateur LR, Jean-Pierre Grand, interdisant de filmer les policiers sous peine de 15.000 euros d’amende?

Gilles-William Goldnadel: «On n’est plus tant sur la liberté d’expression que sur la protection des personnes. Les policiers sont mis en danger parce que certains malfrats connaissent leur adresse. Sur ce plan-là, qu’on ne puisse pas filmer les visages, par exemple, ça ne me choque pas.»

Sputnik France: Cette loi peut-elle instituer une forme de CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) sur Internet?

Gilles-William Goldnadel: «Qu’il y ait un organe consultatif ou de surveillance de la manière dont les choses se passent sur Internet, on pourrait imaginer un organe paritaire. Tout est faisable. Mais la réalité et l’expérience que j’ai du CSA jusqu’à maintenant, c’est que le CSA, qui est censé être là pour empêcher la censure, pour protéger le pluralisme de l’information, fait tout le contraire. Jusqu’à maintenant, tout ce que j’ai vu du CSA, c’est de protéger le politiquement correct, de laisser la bride sur le cou totalement à l’audiovisuel de service public, sur lequel ils devraient être encore plus exigeants que le privé puisque sur le cahier des charges du service public, vous avez une obligation de neutralité, de respect du pluralisme et de l’objectivité, qui n’existe pas dans le privé.

Et on assiste au contraire à un CSA qui martyrise souvent les chaînes privées et qui est d’un laxisme total sur les chaînes publiques. Pour ne prendre qu’un seul exemple, ils vont martyriser Zemmour à plusieurs reprises, je les ai vus aussi martyriser RMC et les Grandes Gueules auxquelles je participe pour des plaisanteries, pour des peccadilles. Je me souviens lorsqu’on avait plaisanté sur Nafissatou Diallo, la femme de chambre de Strauss-Kahn, qui n’écoute pas RMC tous les matins.

Par contre, lorsque j’ai par exemple signalé des journalistes de service public qui souhaitaient la mort du président élu des États-Unis, il n’y a pas eu le début du commencement d’une sanction. En même temps que le CSA martyrisait CNews, j’ai saisi le CSA récemment encore d’un discours de Yassine Belattar sur RFI, où il menaçait le ministre de l’Éducation nationale, en lui conseillant de ne pas aller se balader dans le 9-3. Je peux vous dire que j’attends encore le début du commencement de quoi que ce soit. Donc mon expérience du CSA fait que je ne ne suis pas pressé qu’il arrive sur Internet.»

Lire aussi:

Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Après son tweet sur Macron au théâtre, Bouhafs dit avoir «une vidéo terrible» du couple en fuite
Cette simple opération mathématique divise les internautes car deux réponses seraient correctes
Tags:
Emmanuel Macron, censure, Gilles-William Goldnadel
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik